Ultimate magazine theme for WordPress.

Il simule sa propre mort pour échapper à la justice

Nicholas Alahverdian a simulé sa mort pour échapper à la justice
0

Nicholas Alahverdian, 34 ans, qui a simulé sa propre mort pour éviter des accusations après que son ADN l’ait lié à des agressions sexuelles et à des fraudes dans deux États américains, a été emmené dans un hôpital en Écosse alors qu’il souffrait de COVID-19 arrêté.

La notice nécrologique affirme que l’ancienne militante de la protection de l’enfance du Rhode Island, aux États-Unis, est décédée d’un lymphome non hodgkinien en février 2020. Parmi les hommages, l’en-tête officiel comportait une citation signée d’un membre du Congrès, et même une nécrologie aurait cité le maire de Providence, Rhode Island.

Un an plus tard, la police a déclaré qu’elle ne croyait pas qu’il était mort. Les procureurs de l’Utah et la police de l’État de Rhode Island ont déclaré qu’Alavidian avait été retrouvé à l’hôpital universitaire Queen Elizabeth de Glasgow, où il avait utilisé le pseudonyme d’Arthur Knight.

Le procureur du comté d’Utah, David Levitt, a remercié la police du monde entier, y compris la police écossaise, pour avoir localisé l’homme qui avait simulé sa mort et qui était recherché.

À Glasgow, le personnel hospitalier a pu identifier M. Alahverdian à partir de photos, selon les enquêteurs, dont les empreintes digitales et l’ADN ont été fournis à Interpol.

mort

Laura Hamilton, porte-parole du Crown Office, chargée de poursuivre les affaires pénales en Écosse, a déclaré que “Arthur Knight” avait comparu dans la salle d’audience virtuelle du Queen Elizabeth University Hospital de Glasgow le 23 décembre dans le cadre d’une procédure d’extradition. Mme Hamilton a déclaré que le bureau royal n’avait aucun plan pour une future date d’audience.

Un porte-parole du Crown Office a…Lire la suite ici

laissez un commentaire