Ultimate magazine theme for WordPress.

Inondations à Ziguinchor : Soumaila Manga explique pourquoi le mal persiste

Soumaila Manga, ex candidat à la mairie de Ziguinchor
0
Les années 2011, 2013, 2017 et 2020 sont celles durant lesquelles les inondations ont durement frappé Ziguinchor. L’année 2022 était partie pour être celle du soulagement avec l’arrivée d’une équipe municipale nouvelle surtout avec les opérations menées durant la ‹‹ Semaine du Citoyen ›› entre le 11 et le 17 mai.
Malheureusement, Ziguinchor demeure toujours dans les eaux même s’il faut admettre que c’est dans une moindre ampleur comparée aux autres années précédentes, du moins pour le moment.  Belfort, Santhiaba, Kandé, Boucott-Est, entre autres, vivent encore le calvaire. Les populations y ont pataugé dans les eaux le mois de juillet durant, même en début de ce mois d’août.
C’est avéré que c’est la mal gestion urbaine par l’équipe municipale précédente qui est à l’origine de ces inondations. Nous n’avions de cesse de dénoncer cette mal gestion à travers nos contributions.
Depuis des années, les causes étaient clairement identifiées, les solutions bien établies et nous avions démontré que les moyens de leur mise en œuvre sont à la portée de la mairie : ( (https://youtu.be/IkcmBqwFh3Q), (https://fb.watch/eTfMwY71dF/).
Maintenant, que la chargée de l’assainissement au sein de la nouvelle équipe municipale vienne nous parler des questions de ‹‹ fonds ›› et ‹‹ d’espace ›› comme blocages face à la persistance de ces inondations, c’est vraiment s’emmêler les pinceaux : (https://youtu.be/K76a55NwI68).
La responsabilité de l’ancienne équipe municipale est sans conteste ; elle est à l’origine de ces inondations. Le sabotage de l’État central avec ses travaux au niveau du boulevard des 54 mètres, causant des inondations cette année, est aussi indéniable.
Au niveau du boulevard des 54 mètres, l’État central, dans le cadre du projet de la CEDEAO, a fait du sabotage en faisant bloquer les issues des eaux pluviales qui sont piégées dans les quartiers de Belfort et Santhiaba. C’est fait à dessein et il faut le dénoncer.
En ce qui concerne la nouvelle équipe municipale, elle a fait montre du manque de courage face à ces inondations qui persistent. C’est ce manque de courage qui est à l’origine de la persistance du Mal. Procédons étape après étape pour démontrer cela.
1- LA QUESTION FONCIÈRE : la première mesure de la nouvelle équipe municipale devrait être de lutter contre la cantinisation à outrance  de l’espace communal. Il y a aussi l’épineux problème de l’espace occupé par les stations d’essence et la boulangerie à l’entrée  de la gare routière, source de blocage des eaux pluviales provenant des quartiers Goumel, Santhiaba et Belfort. Ce n’est qu’une question d’affection et de désaffection qui relève de la compétence de la mairie. La nouvelle équipe municipale avait aussi l’obligation de faire la lumière sur l’espace jadis réservé à la décharge finale à l’Est de la commune. De même que le morcellement des espaces verts aujourd’hui inexistants dans la commune et qui pourraient servir de dépotoirs transitoires. Tous ces espaces, jadis, réceptacles et passages naturels des eaux pluviales, sont, aujourd’hui, occupés avec comme conséquences déviation des eaux pluviales, compactage des sols freinant l’infiltration et ralentissant le ruissellement des eaux.
2- LA QUESTION DU DIMENSIONNEMENT DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES : la mairie aurait pu partir en croisade contre l’oligarchie locale qui a assuré la construction de ces infrastructures routières mal dimensionnées. C’était mieux que d’accepter leurs contributions, en terme de miettes, lors de la ‹‹ Semaine du Citoyen ››. La nouvelle équipe municipale avait le devoir  de s’atteler à situer les responsabilités et les degrés de complicité avec l’équipe sortante avant  de prendre la moindre prétendue aide venant d’elle. Au lieu d’accepter la contribution modique de cette oligarchie dont la responsabilité est avérée, il fallait situer sa responsabilité, voir s’il y a ou non surfacturation sur la ‹‹ commande publique communale ›› et la mettre devant le fait accompli. Soit, une contribution consistante lui est imposée, soit le travail est refait pour corriger les anomalies. C’est la posture qu’il fallait adopter face à ces entreprises, stations d’essence et commerçants qui se sont rué vers la nouvelle équipe municipale avec leurs miettes (brouettes, pelles, gants, râteaux…) alors qu’ils devaient faire face à leurs responsabilités.
3- LA QUESTION DES FONDS : la mairie ne manque pas de fonds mais elle manque juste une volonté de les récupérer. J’avais toujours argué que le budget municipal pouvait aller jusqu’à 05 milliards. La nouvelle équipe avait l’obligation d’un audit financier abouti contrairement à ce qui a été fait, d’une correction de la taxe foncière et des redevances domaniales en adéquation avec le décret N° 2010-400 du 23 mars 2010, d’une juste taxation, d’une modernisation des méthodes de perception des impôts et taxes (un impôt ou une taxe payé main à main est une corruption), bannir le copinage fiscal et taxatoire etc.
4- LA QUESTION DES ORDURES MÉNAGÈRES : ça ne sert à rien de desservir une partie de la ville et de laisser une autre à la merci du système de la débrouille. Il fallait définir un système global et performant de gestion des ordures ménagères. Nous avons vu durant cet hivernage que les ordures ménagères des quartiers laissés pour compte sont emportées par les eaux de pluies, venant boucher quelques canaux à ciel ouvert. En plus du système de porte à porte avec les camions de ramassage, il fallait des dépôts transitoires dans tous les quartiers, signer une convention avec les propriétaires de tricycles et de charrettes, faire appliquer la loi dans toute sa rigueur contre les saboteurs comme ceux du marché Kandé Banéto qui avaient entassé leurs déchets solides devant les cantines. Ces mesures auraient évité le drainage des ordures ménagères par les eaux pluviales, bouchant quelques canaux à ciel ouvert.
5- LA QUESTION DU CURAGE DES CANIVEAUX : la ‹‹ Semaine du Citoyen ›› était, certes, en  marche. Malheureusement, il n’y a pas eu de mesures d’accompagnement pour préserver tous ces efforts fournis par cette vaillante population  de Ziguinchor. Ces canaux à ciel ouvert n’ont pas été protégés contre les sédiments drainés par les eaux de ruissellement. Au finish, la plupart  d’entre eux sont devenus ce qu’ils étaient auparavant.
Ces quelques mesures que nous venons d’énumérer constituent le remède de cheval en appoint aux efforts fournis par la mairie : remblaiement de quelques routes comme celle de Grand Yoff et travaux de canalisations au niveau du pont Lyndiane, curage des caniveaux lors de la ‹‹ Semaine du Citoyen ›› …
En plus, n’oublions pas le point de départ ! Il a été promis que l’étape de la mairie de Ziguinchor doit servir à prouver les capacités en matière de compétences gestionnaires.
C’est parce que, aujourd’hui, nous estimons que l’appréciation faite sur la situation est dévoyée que nous jugeons opportun d’intervenir pour rétablir la vérité des eaux (pardon, des faits). Nous exhortons la nouvelle équipe municipale à plus de vigilance, de rigueur et surtout de courage pour que la misère des Ziguinchorois ne soit pas politisée à outrance par ce pouvoir aux abois.
Je rappelle qu’en 2017, comme en 2011, 2013 et 2020, tel a été le cas. Au départ, les thuriféraires du maire niaient l’existence des inondations. Et lorsqu’ils étaient dépassés par la situation, ils ont donné au pouvoir central du grain à moudre. Le pouvoir avait organisé la vadrouille de ministres, de l’administration territoriale et des leaders locaux dans la commune juste pour tirer son épingle du jeu. À cette époque, il se disait ‹‹ Comment un maire incapable de gérer une commune peut-il prétendre diriger un État ? ››. La suite, nous la connaissons : une transhumance de la plus vile manière.
Pour terminer, j’estime qu’un compagnonnage doit être basé sur la Vérité et non sur de viles flatteries en voulant ‹‹ Kigaliser ›› Ziguinchor toujours dans les eaux. J’exhorte les lecteurs partisans ‹‹ Burokistes ›› à me lire avec l’esprit et non avec le cœur afin que Ziguinchor qui nous unit sorte des eaux. Ce qui ne sera qu’avantage au bénéfice du ‹‹ Burokisme ››.
Soumaila MANGA, Président Debout Pour La Patrie-DLP (Sénégal JOGNA)
Membre Mouvement JUSCA/Ziguinchor JOGNA
laissez un commentaire