Ultimate magazine theme for WordPress.

Jamra demande la fermeture des night-club, bars, stades, arènes

Mame Mactar Gueye de Jamra
0

JAMRA propose la suspension des «Salatul Jumah» et fustige l’omerta sur les lieux de loisirs et de débauche!

DEPUIS le mercredi 4 mars dernier, le sanctuaire des Lieux Saints de l’Islam, pôle de convergence et d’exercice de la Foi de 1,8 milliard (24 % de la population mondiale), l’Arabie saoudite, a officiellement pris la décision inédite de suspendre, siné dié, la «Oumra» (petit pèlerinage), pour mieux prévenir et faire face à l’épidémie de Covid-19, que l’OMS, l’organisation mondiale de la santé, vient de requalifier de «pan démie», en raison de son impact foudroyant sur une large zone géographique internationale.

INCONTESTABLEMENT, les rassemblements religieux sont des occasions de grande promiscuité humaine, condition idéal de propagation de maladies contagieuses. Aussi, c’est en toute responsabilité que Imam Hafiz Chems-Eddine, Recteur de la Grande Mosquée de Paris, à laquelle sont affiliées 300 autres mosquées de France, a lui aussi pris, depuis ce lundi 9 mars, la décision historique de fermer les portes de ce haut lieu de culte, au grand dam de ses 10.000 fidèles qui s’y «bousculent» à l’occasion de chaque «Salaatul Jumah», la prière collective du Vendredi.

MEME si les institutions et les communautés religieuses sénégalaises ont la prérogative constitutionnelle de pouvoir régler et administrer leurs affaires d’une manière autonome; parce qu’étant «dégagées de la tutelle de l’Etat» (article 24), le défi mondial posé par l’inquiétante avancée de cette épidémie mondiale, avec ses 5.065 morts (à la date du 13 mars) répartis dans 12 pays, contraint les pouvoirs publics et les autorités religieuses à coopérer étroitement, pour l’intérêt supérieur de la Nation. Il n’empêche que la sélectivité notée dans le ciblage des regroupements humains, vecteurs privilégiés de propagation du virus, loin d’emporter l’adhésion de l’opinion, provoque plutôt des grincements de dents bien compris, chez nombre de nos concitoyens.

JAMRA considère donc plus judicieux, parallèlement aux mesures d’annulation ou de report préconisées pour le Dakka de Médina Gounass (14 au 23 mars), le Ziar Général de Tivaouane (15 mars), le Kazu Rajab de Touba (22 mars), l’Appel des Layénes (25 mars), de fermer également tous les sites à proximité humaine avérée: night-club, bars, stades, arènes, etc.

JAMRA et l’Observatoire de veille et de défense des valeurs culturelles et religieuses, MBAÑ GACCE, exhortent les populations à se conformer aux mesures préventives vulgarisées par les Services de Santé; et propose que l’on suspende également, sur tout le territoire national, toutes les «Salaatul Jumah» jusqu’à nouvel ordre.

Dakar, 13 mars 2020
Les Bureaux exécutifs de
JAMRA & MBAÑ GACCE

laissez un commentaire