Ultimate magazine theme for WordPress.

Karim est « maudit », il humilie son vieux père…voici sa « méchanceté »

1

Le funeste destin des grands partis a contaminé le Parti démocratique sénégalais. Tout comme le PS et l’AFP, le PDS se meurt de sa plus belle mort. Le mythique parti de Me Abdoulaye Wade ne brille plus sous le soleil. Le fils « prodigue » qui devait assurer le legs du père est le mal qui ronge ce parti. Karim Wade a réussi à détruire l’œuvre de son père. Comme un bulldozer, il a tout rasé. Non satisfait d’être l’artisan de la destruction du PDS, Karim se donne une nouvelle mission…humilier son vieux père à 18 mois de la présidentielle de 2024.

karim
Karim Wade, le candidat du PDS en exil doré au Qatar

Les fils ne sont pas toujours comme leur père. Et Karim Wade en est l’exemple type. Lui qui a pris le contrôle du parti démocratique sénégalais peine à le faire émerger. Pire, l’ancien ministre du ciel et de la terre s’évertue à faire disparaitre le peu qui reste du PDS. Les actes unilatéraux qu’il pose ont fini par mettre à cran tous les libéraux de la première heure. S’il en est ainsi, c’est parce que ce « K » à résoudre veut être le seul à décider dans ce parti.

Mais ce que Karim oublie, c’est qu’il ne peut avoir un droit de vie et de mort dans le parti. Cet homme a montré à la face du monde qu’il n’est pas prêt à être un meneur comme son père. Aidé par quelques vieux dinosaures, il veut être un opposant de salon. Depuis sa prison dorée, il a commencé à effacer toutes les personnes qui ont maintenu le flambeau de Wade. Mayoro Faye et Cheikh Dieng ont été ses dernières victimes. A quelques jours des législatives, le tout puissant Karim n’a rien trouvé d’autre que de rétrograder ces deux leaders qui l’ont tenu responsable de leurs positions dans les investitures de la coalition Wallu.

Face à cette dictature de Karim, les libéraux continuent d’abandonner le navire en plein naufrage. Mounirou Aliou Kane, le responsable de L’UJTL de Keur Massar, Membre du comité directeur et membre de la FNCL a jeté l’éponge ce lundi. Ce libéral exemplaire, selon beaucoup de militants du PDS câblés par Xibaaru, a rejoint la mouvance présidentielle. Même s’il n’a pas encore donné les raisons de son acte, des sources concordantes sont d’avis qu’il a été gagné par les frustrations liés aux investitures aux Locales et aux législatives. Il est investi 43ème sur la liste nationale de Wallu pour les élections du 31 juillet 2022…

karim
Mayoro Faye avec Abdoulaye Wade

Karim pousse vers la sortie tous les hommes qui ont tenu le flambeau pendant qu’il se la coule douce au Qatar. Un plan bien ourdi pour écarter toutes les personnes qui ont cheminé avec son père. N’étant pas satisfait de la destruction du parti, Wade-fils « humilie son père au crépuscule de sa vie d’homme digne et engagé pour son peuple », dénoncent certains libéraux contactés par la rédaction. Couper la tête de Mayoro Faye ou Cheikh Dieng, c’est manquer de respect à Abdoulaye Wade. Si l’ancien chef de l’Etat avait confectionné les listes de Wallu, ces leaders ne se retrouveraient jamais dans une telle position.

Tout comme les faucons du Palais, les faucons de la permanence Mamadou Lamine Badji poussent Karim à prendre des décisions qui le mèneront directement vers sa perte. L’étendue de leurs bêtises, ils ne le verront que quand la concession du Président Wade sera vidée par son fils « prodigue » et ses manges-mils. Mais cette opération d’humiliation n’aura jamais l’effet escompté. Comme disait l’autre, « Wade est un baobab » et personne ne peut le faire tomber. L’amour que les libéraux ont pour lui est la seule chose que Karim ne pourra jamais enlever.

Même si cet amour demeure, le PDS risque de voir son nom disparaître avec le temps. Avec son marteau piqueur, Karim veut détruire tout l’héritage de Wade laissant la place à des partis comme Pastef. Malheureusement, à lui tout seul il ne peut faire marcher ce parti mis sur pied après plusieurs sacrifices. En tentant d’humilier son père, le prince de la prison dorée qatari risque d’être la risée dans une opposition très concurrentielle menée à la baguette par Ousmane Sonko.

Aliou Niakaar Ngom Pour Xibaaru

Afficher les commentaires (1)