Karim Wade achève son père et son parti le…PDS

Desseins sombres de Karim Wade : Mort programmée du PDS

Incontestablement, le Parti démocratique sénégalais (PDS) a joué un rôle remarquable dans l’approfondissement de la démocratie au Sénégal ainsi qu’en Afrique. Grâce aux efforts inlassables de son secrétaire général national, Me Abdoulaye Wade avec l’apport déterminant des forces de la gauche, la première alternance démocratique s’est produite au Sénégal en 2000. Seulement, le PDS entraîne en son sein tout ce qu’un système charrie de laid et de pourri.

Me Abdoulaye Wade qui n’a toujours pas hésité à utiliser le sabre pour décapiter tous ses principaux lieutenants alors que le PDS était dans l’opposition, a jugé nécessaire de poursuivre une telle entreprise, en écartant tous ceux qui pouvaient faire ombrage à son fils à qui il avait tracé un destin de pouvoir lui succéder à la tête de l’Etat, après qu’il avait fini de conquérir le pouvoir. C’est là qu’il essuiera son désaveu le plus cinglant de la part du peuple sénégalais qui, uni et debout parviendra à le bouter hors du pouvoir en 2012, car rejetant toute idée de dévolution monarchique du pouvoir.

De cet échec, Me Abdoulaye Wade n’en a guère tiré les leçons. Car, même hors du pouvoir, il garde toujours cette ambition qui est de faire de son fils Karim Wade, un futur Président de la République du Sénégal. En quoi faisant cette fois, si ce n’est que de lui léguer les rênes du PDS, avant l’assaut pour la reconquête du pouvoir. Une manœuvre cousue de fil blanc qui aurait pu passer, si Karim Wade condamné par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), mais gracié par la suite, n’avait choisi de se conforter dans les lambris dorés de son « exil » au Qatar avant une éventuelle amnistie qui lui aurait permis de se présenter candidat à l’élection présidentielle.

Karim Wade a choisi les conforts de son « exil doré » au Qatar plutôt que de venir porter le combat avec tous les militants et sympathisants du PDS, même si ça doit se faire dans la rue, pour obtenir la validation de sa candidature lors de la dernière élection présidentielle. Karim Wade qui avait promis à plusieurs reprises son retour au Sénégal, avant la tenue de cette élection présidentielle, afin de monter au front dans le combat, a choisi piteusement, comme dans un match de football de se déclarer forfait. Au moment, où pourtant des ténors du PDS, et pas des moindres, de la trempe de Oumar Sarr, de Babacar Gaye, de Me El Hadj Amadou Sall, et tant d’autres avaient choisi de se battre pour que sa candidature soit validée. Mais, pour légitimer un tel combat, fallait que Karim Wade acceptât de faire le sacrifice nécessaire, en osant venir au Sénégal et accepter frontalement de se battre contre le pouvoir de Macky Sall. « Goolo bèye, baabun dundë » (Le singe sème, le gorille récolte), apparemment voilà le message que semblait lancer Karim Wade aux ténors du PDS qui ont accepté de mettre de côté leurs égos pour qu’il soit le candidat de leur parti.

Karim Wade ne s’est jamais présenté au Sénégal, sa candidature n’a pu finalement passer de par sa couardise, mais voilà qu’il nourrit l’ambition avec lui et ses proches de contrôler le PDS avec le soutien de son père, secrétaire général national, en écartant toutes les autres figures emblématiques de ce parti de son chemin. Un dessein qui n’annonce que la mort future du PDS. En voulant faire le ménage autour de lui avec le soutien et la bénédiction de son père, Karim Wade ne conduit que le PDS que dans son autodestruction. Oumar Sarr, Babacar Gaye, Me El Hadj Amadou Sall hors-circuit parmi ce qui reste de figures emblématiques au PDS, après les départs de Samuel Sarr, Me Ousmane Ngom, Farba Senghor, Pape Samba Mboup…, qui pour guider cette formation politique ? Pensez-vous que ce seront Karim Wade, Bara Gaye, Bachir Diawara et autres qui pourront conduire les destinées de ce part ? Qu’on nous laisse rigoler !

La rédaction de Xibaaru