Ultimate magazine theme for WordPress.

Kaspar-Williams, le transgenre qui a donné naissance à un enfant

0

Tous ceux qui donnent naissance ne sont pas des « mamans ». C’est ce que Kaspar-Williams aimerait que le personnel médical sache.

En octobre 2020, Bennett Kaspar-Williams, 37 ans, habitant de Los Angeles, a donné naissance par césarienne à un petit garçon en bonne santé avec son mari, Malik.

Mais pendant la naissance du petit Hudson, Bennett Kaspar-Williams a été troublé par les erreurs constantes du personnel hospitalier qui insistait pour l’appeler « maman », rapporte le Daily Mail.

« Personne ne peut jamais vraiment savoir si avoir des enfants est possible avant d’avoir essayé – naître avec un utérus ne fait pas de la conception une certitude », a déclaré Kaspar-Williams qui a commencé son processus de transition en 2014.

« C’est pourquoi il est si important que nous arrêtions de définir la ‘féminité’ en termes de ‘maternité’, parce que c’est une fausse équivalence que toutes les femmes puissent devenir mères, que toutes les mères portent leurs enfants, ou que toutes les personnes qui portent des enfants sont des mères. »

Kaspar-Williams a réalisé qu’il était transgenre en 2011 et a commencé son processus de transformation en 2014, un processus qui comprenait une chirurgie de 5 000 dollars sur la partie supérieure de son corps.

« C’était vraiment libérateur », a-t-il déclaré au sujet de l’opération visant à retirer ses seins. « Je n’aurais jamais pu prévoir quel soulagement ce serait de constater leur disparition. C’était un énorme poids en moins sur mes épaules. »

Le processus d’essayer de concevoir n’a pas été un défi pour son identité de genre, a-t-il dit. En fait, la seule véritable cause de malaise à cet égard a été la façon dont les professionnels de la santé l’appelaient.

« La seule chose qui m’a rendu dysphorique à propos de ma grossesse, c’est la confusion des genres qui s’est produite lorsque je recevais des soins médicaux », a-t-il déclaré. « Le business de la grossesse – et oui, je dis bien le business, car toute l’institution des soins de grossesse en Amérique est centrée sur la vente de ce concept de « maternité » est tellement imbriqué dans le genre qu’il était difficile d’échapper à la confusion de genre. »

Malgré sa barbe, sa poitrine plate et la mention « masculin » sur ses papiers, « plusieurs ne pouvaient s’empêcher de m’appeler ‘maman’, ‘mère’ ou « madame.

Aujourd’hui, le fait qu’il soit à la fois père et la personne qui a fait son bébé sont d’immenses sources de fierté.

« Rien n’est plus fort que de pouvoir dire que je suis un père qui a créé son propre enfant. Pour mon fils, il n’y a rien de plus naturel et de plus normal que d’avoir un papa et une maman. Et quand il sera assez grand, il saura aussi que son Dada est celui qui l’a porté et qui a…lire la suite ici

laissez un commentaire