Ultimate magazine theme for WordPress.

Kédougou : Les journalistes à l’école de la communication de crise

Les journalistes formés à la communication de crise
0

Les journalistes correspondants régionaux de presse ont bouclé ce week-end deux jours de renforcement de capacités en communication sur les risques et engagement des acteurs dans le cadre de la lutte contre la COVID-19. Cet atelier a eu pour cadre la salle de réunions de l’auberge thomas Sankara de Kédougou.

Dès le signalement des premiers cas de coronavirus au Sénégal, la presse régionale de Kédougou a eu à jouer pleinement son rôle auprès du Comité Régional de Gestion des Épidémies (CRGE) de Kédougou. Toutes les actions initiées par ledit comité ont été couvertes de nuit comme de jour afin de faire adopter aux communautés les bons comportements au bon moment.

C’est pour accompagner cette dynamique que le Ministère de la Santé et de l’Action sociale a décidé à travers le CRGE d’organiser cet atelier de renforcement de capacités du journaliste et correspondant régional de presse. Cet atelier a été facilité par des agents du Service National de l’Éducation et de l’Information pour la Santé (SNEIPS).

Ainsi pendant 2 jours (les 11 et 12 juillet 2020), ces représentants d’organes de presse ont échangé sur différents modules en communication de crise et en engagement des acteurs dans la lutte contre la COVID-19. Les participants ont été invités à s’approprier les concepts clarifiés et les recommandations.

Le risque est une probabilité, une menace potentielle, une éventualité d’un événement. En période de crise, on ressent la peur, la stigmatisation, la colère, le déni et l’impuissance. Les gens sont moins concernées quand la maladie est familière, contrôlée, potentiellement chronique diffusée géographiquement et pas concentrée dans un endroit loin de la communauté. Les gens sont moins concernés quand ce ne sont que les personnes âgées qui en meurent.

En période de crise, il faudrait informer la population sur la situation qui prévaut en y intégrant l’aspect de peur et les mesures prises par les autorités. Il faudrait renforcer la confiance, minimiser les rumeurs, les obstacles, obtenir l’adhésion des communautés.

Le journaliste doit savoir écrire pour titiller cet esprit d’appartenance à la communauté, apprendre à travailler dans la transparence et dans l’intégrité. Il faut éviter au journaliste de se fâcher, de ridiculiser, de trop parler. Il ne faut pas utiliser des mots difficiles à comprendre ou à s’aventurer quand on n’a pas la réponse. Il est conseillé d’utiliser un langage souple et claire, toujours la langue locale, encourager les questions, écouter attentivement ce que la personne dit. Être honnête avec l’individu qu’on interroge.

Il est également recommandé d’utiliser des techniques pour rassurer les familles, créer une atmosphère de dialogue, exprimer de la solidarité de la compassion, être patient, ne pas faire les choses hâtivement. Il faut solliciter les questions, échanger les contacts, établir une relation de confiance avec les familles rencontrées.

Des démarches particulières à adopter en période de crise…

Au cours de la session de formation sur la Communication de Crise et l’Engagement Communautaire (CREC), de fortes recommandations ont été formulées à l’endroit des correspondants régionaux de presse de Kédougou. Ils sont invités à éviter un certain nombre de pièges en période de crise.

La communication de crise passe par trois étapes, une phase préparatoire, une phase de riposte et une phase post-crise de la part du journaliste. En période de crise, le journaliste doit éviter de dissimuler la vérité, la politique de l’autruche, de faire le perroquet et la surmédiatisation. La phase post crise est une période d’évaluation des démarches de communication dans la crise. C’est le moment pour apporter des changements sur la manière dont l’organisation s’est opérée.

En période de crise, le journaliste doit gérer les rumeurs. Les rumeurs ne sont rien d’autre que des nouvelles qui se répandent avec une source douteuse. Les rumeurs doivent être surveillées. Il faudrait que chacun puisse être acteur. La gestion d’une rumeur passe par l’écoute, la vérification, l’analyse, l’action et la surveillance. La rumeur est un mensonge qui naît dans la rue et meurt dans la vérité.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.sn

laissez un commentaire