Ultimate magazine theme for WordPress.

La Délinquance : un phénomène récurrent au Sénégal (Par Idrissa LY)

0

Suivre l’actualité, lire les faits divers, parcourir les journaux et parfois être victime ou témoin de certaines scènes suffisent pour constater la recrudescence de la délinquance au Sénégal. Au lendemain de la levée de l’état d’urgence des scènes d’agressions d’une extrême violence ont été enregistrées dans certaines villes, notamment celle de Dakar. Sur cette base nous sommes tentés d’affirmer que cette dernière mesure a été comme une aubaine chez bons nombres d’adolescents inconscients.

En réalité, cela s’est présenté comme une occasion pour sillonner les rues de la ville à la recherche de proies sur lesquelles ils se permettaient d’exercer toutes sortes de sévices pour destituer leurs biens et arriver ainsi à leur fin. L’essentiel pour eux, c’est d’avoir ce qu’ils veulent par la brutalité ; Ce qui fait que ces temps-ci ? il y a beaucoup de personnes qui sont victimes d’agression ou de tuerie.

Qu’est ce qui explique un tel phénomène ?

Quels sont les pistes de solutions ?

Des interrogations auxquelles nous essayerons de répondre.

Avant Tout il faut savoir qu’il y a une distinction entre la déviance et la délinquance qui mérite d’être éclaircie. La délinquance se définit comme étant un ensemble de comportements inscrits dans les textes et codes de lois et pénalement sanctionnés quant à la déviance c’est l’ensemble des comportements socialement réprouvés par la société ou la morale juste pour faire comprendre que parfois les comportements sont d’abord déviants pour être ensuite délinquants. .

Les facteurs explicatifs d’un tel phénomène résident d’abord sur le fait qu’il n’y a pas de délinquants mais des comportements déviants. Et ces derniers ont des sources auxquelles la perspective du travail social met l’accent d’abord sur la compréhension de la personne déviante mais aussi le contexte d’apparition ou de développement de la conduite (ou pratique) déviante. Ce qui fait que ce phénomène est causé par :

-Une érosion des capacités de prise en charge familiale.

-Emergence d’un environnement à risques (violences conjugales, violences physiques, morales, des adolescents laissés à eux-mêmes).

-Déficience dans le système d’éducation formelle (l’école) et non formelle (la maison).

-perception socioculturelle de l’adolescent.

-utilisation des enfants dans les stratégies de survie.

-Perte des valeurs et le relâchement dans le système d’éducation.

-Insuffisance dans les dispositifs de protection des enfants.

– La pauvreté qui entraine souvent la démission des parents pour l’éducation et la prise en charge des enfants

Pour les pistes de solution :

Tout d’abord il faut que les parents misent sur l’éducation non formelle (la maison) parce que beaucoup d’entre eux pensent que l’éducation de l’adolescent ne se limite qu’à l’école alors que celle à la maison constitue le socle. C’est à la maison qu’il passe le plus de temps. Donc si ça échoue et elle peut compromettre et voire même un échec sur ses performances.

Ensuite ils incombent aux parents de créer un environnement propice pour l’enfant et ceci passe par tout ce qui peut éviter les mauvais traitements à l’encontre de l’enfant en lui épargnant les disputes conjugales car si l’enfant a tendance par exemple à voir sa mère subir des affronts de la part du papa à force qu’il assiste à ces scènes ça peut créer une haine en lui et ce qui peut finir par le dévier. Dès lors celles-ci peuvent être éviter parce que c’est souvent des actes qui poussent l’enfant à adopter des comportements délinquants l’exposant à toutes sortes de tentations (mauvaises fréquentations drogue, alcool etc.)

En plus sur le plan de l’éducation, il urge que les acteurs ainsi que l’Etat améliorent le système éducatif en essayant de s’entendre mais aussi d’éviter les perturbations notées chaque année sur le déroulement des cours notamment les grèves en primant sur une bonne éducation des enfants. Et l’Etat, on en parle, son rôle est plus que déterminant pour vaincre ce fléau de la délinquance en accompagnant les politiques et stratégies de protection mises en place par un suivi.

Alors que dire de l’implication des travailleurs sociaux spécialistes en protection de l’enfant ? ils sont naturellement formés pour la prise en charge de telle situation. Ils sont les mieux placés pour éradiquer ce genre de fléau si nous savons qu’ils ont reçu une formation pluridisciplinaire qui met toutes aptitudes nécessaires à leur disposition.

Toujours dans la logique d’éradiquer ce fléau, il serait pertinent au regard de toutes ces spécialisations confondues en Travail Social de créer un département ministériel en charge de l’action sociale pour la meilleure matérialisation des politiques sociales.

Pour terminer, il faut retenir que le phénomène de la délinquance devient de plus en plus récurrent et continue de faire des victimes et il est impératif que les différents acteurs autour de ces adolescents le prennent au sérieux en essayant de poser des jalons pour mettre fin à ce fléau.

Idrissa LY

Etudiant en 3ème Année en travail social à l’Ecole Nationale des Travailleurs Sociaux Spécialisés (ENTSS) ; Filière Protection Des droits de l’enfant

Laisser un commentaire