La Sodav bouffe l’argent du Covid…50 millions de perdiums pour Ngoné Ndour, son DG et

Répartition des fonds destinés aux acteurs culturels : La SODAV crée la polémique

Depuis sa naissance sur les cendres du Bureau sénégalais du droit d’auteur (BSDA), la Société du droit d’auteur et des droits voisins (SODAV) est décriée par les acteurs culturels. Ces derniers regroupés au sein de l’Observatoire de la musique et des arts (OMART) ne cessent à chaque fois que l’occasion se présente, de manifester le manque de crédit qu’il donne à cette structure censée protéger leurs œuvres et de leur répartir leurs droits d’auteur.

Et la SODAV ne fait rien pour que cette confiance entre elle et les acteurs culturels puissent s’établir. La présidente du Conseil d’administration, Mme Ngoné Ndour qui bénéficie de la passivité du Conseiller Technique du ministère de la Culture  affecté à la Sodav, Aziz Dieng, et du Directeur-gérant, Aly Bathily, instaure une gestion solitaire au sein de la SODAV en ne se concertant jamais avec les acteurs culturels dans certaines prises de décision concernant ces derniers.

Le Chef de l’Etat Macky Sall a pourtant pris une décision saluée par tous en appuyant le secteur des arts et de la culture impacté par les affres provoqués de la pandémie du coronavirus à travers un fonds de 3 milliards de FCFA. Ceci, dans le cadre du Programme de résilience économique et sociale (PRES). Dans ces 3 milliards, un milliard de FCFA est destiné aux artistes, créateurs et autres ayants droit. Là ou le bât blesse, c’est que ce milliard est remis à la SODAV qui ne bénéficie de la confiance des acteurs de la culture.

A peine, a été décidé de débloquer le montant destiné à appuyer le secteur de la culture, que la SODAV, contre l’avis des acteurs culturels dans leur immense majorité, s’illustre déjà. Selon l’OMART, à travers un communiqué, « des représentants du ministère de la Culture, certains acteurs culturels et quelques membres de la Société du droit d’auteur et des droits voisins (SODAV) proposent de défalquer 50 millions de perdiems et frais de coordination sur le milliard et défalquer 85 millions pour l’audit, soit 135 millions soutirés du milliard. Et pour distribuer les 865 millions de Francs Cfa aux artistes et acteurs culturels. »

Un « scandale » aux yeux de l’OMART.  « L’OMART dénonce cette attitude irresponsable, et exige une plateforme de répartition à l’exemple du comité de gestion du Covid-19 dirigé par un général. » Enfin : « L’OMART déplore la « perdiumisation » des agents de la SODAV et interpelle le ministère de la Culture sur sa responsabilité en amont et en aval. »

sodav
Communiqué Omart sur le partage du butin par la sodav

Le ministère de la Culture et de la Communication se trouve ainsi interpellé. Mais ce ministère peut-il prendre ses responsabilités quand on sait que depuis la propagation de la pandémie, le maître des lieux, le ministre Abdoulaye Diop se distingue par une démarche où il ne prend en compte que l’avis d’une minorité parmi les acteurs de la culture ignorant royalement des autres.

sodav
Le ministre de la Culture Abdoulaye Diop (à droite) en compagnie du Directeur-gérant de la Sodav Aly Bathily (au milieu) et Ngoné Ndour PCA sodav (à gauche)

Quant au directeur des Arts, Abdoulaye Coundoul, l’on se demande bien son utilité dans le dispositif. Son attitude est constamment décriée par les acteurs de la culture. Pourtant, il semble que le moment est venu que soit mis fin la gestion solitaire de Ngoné Ndour à la tête de la SODAV.

La rédaction de Xibaaru

laissez un commentaire