Racisme et Crise du Corona Virus en Chine…Par Pierrette Herzberger-Fofana

Racisme et Crise du Corona Virus en Chine

La pandémie du Corona Virus a des conséquences désastreuses qui vont au-delà des problèmes de santé qui touchent le monde entier. C’est ainsi que l’on constate que sur les Africains vivant en Chine sont victimes de racisme.
Alors que le gouvernement chinois avait opéré avec succès une véritable opération de charme durant ces dernières décennies sur le continent africain par la construction d’infrastructures de grande envergure : ponts, aéroports, autoroutes, barrages, etc.., les discriminations raciales voire la xénophobie pourrait sérieusement affecter les relations diplomatiques entre la Chine et l’Afrique.
L’exemple de la Chine donne à réfléchir et montre à quel point en période crise, il est important non seulement de tenir compte des sensibilités de nos partenaires des pays en développement mais aussi d’éviter tout confrontation inutile par des propos ou des actes négatifs, qui a priori peut-être n’étaient pas mal intentionnés. Rappelons ici par exemple les propos des 2 médecins français-vouloir entreprendre des études pour tester les vaccins qui se voulaient provocateurs et ont soulevé l’ire de bon nombre d’Africains.
En effet depuis que des Africains ont été testé positifs et porteurs du virus COViD 19, les discriminations raciales ont pris de l’ampleur dans la région de Guangdong au sud de la Chine. Les autorités ont mis en quarantaine environ quelque 2 000 personnes avec lesquelles les Africains avaient été en contact,». Parmi eux figurent 19 Africains sur les 114 cas « importés » et qui sont infectés, le. Pour une partie de la population de Guangzhou, ce sont pourtant les étrangers et tout spécialement, les Africains qui, sont considérés comme personne «à risque», alors qu’ils forment une infime partie de la population.
Les Africains qui travaillent depuis des années en Chine sont pourtant devenus la cible d’attaques verbales et parfois mêmes physiques.

Le calvaire des Africains
Les Africains vivant en Chine ont tiré les premiers la sonnette d’alarme en postant une série de vidéos et d’informations qui témoignent des discriminations raciales dont ils sont victimes : Interdictions d’entrer dans des commerces, expulsions de leurs logements et refus d’être accueilli dans des hôtels. Plusieurs d’entre eux ont dû passer la nuit à la belle étoile. Exactions sur les lieux publics, vexations administratives, quarantaine forcées dans des conditions précaires, dépistage abusifs doublé d’injures et coups sont devenus le lot des Africains en Chine.
Le racisme apparait également dans la façon dont les Chinois désignent la ville de Guangzhou «La ville Chocolat », une allusion faite au nombre d’Africains et de leurs descendants qui y vivent.
Cette poussée du racisme a provoqué une vive émotion en Afrique et dans la Diaspora.

Les autorités chinoises ferment les yeux sur la vague de racisme
Les autorités chinoises ont dans un premier temps, tenté de minimiser les attaques racistes. Ils ont fait la sourde oreille aux appels des diplomates africains en place, en prétextant que les mesures de mise en quarantaine et de tests de dépistage de la pneumonie virale, les restrictions étaient imposées à toute la population
Or, le panneau à l’entrée de Mac Donald prouve bien que seuls les Africains étaient visées par ces mesures restrictives.

«We have been informed that from now Black people African people are not allowed to enter” (voir la video et faire un shot screen de la pancarte)

Le Groupe des ambassadeurs africains à Pékin exige également que les Africains soient traités de la même manière que les Chinois et les autres ressortissants.
Ces incidents racistes ont perturbé les relations diplomatiques entre la Chine et plusieurs pays d’Afrique, à telle enseigne que le président de la commission de l’Union Africaine (UA), a convoqué l’ambassadeur de Chine, Liu Yuxi, afin d’obtenir des éclaircissements. Dans une note verbale, Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’UA lui a
«exprimé notre extrême inquiétude au sujet des allégations de mauvais traitements d’Africains à Canton» et a exhorté Pékin à prendre
«des mesures rectificatives immédiates»
, Péking a réagi et a promis d’améliorer son traitement vis-à- vis des Africains vivant sur le sol chinois. Les autorités chinoises ont affirmé « qu’il s’agissait de «cas particuliers et de réactions disproportionnées de la part des autorités de la province»
Dans une déclaration le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a rappelé les liens «d’amitié » et de « fraternité » qui lient les deux peuples.
. Il a souligné que
« Les autorités du Guangzhou attachent une grande importance aux préoccupations de certains pays africains et s’emploient rapidement à améliorer leur méthode de travail ».

Péking déplore cette violation des droits humains vis-à-vis des Africains face à la crise du -corona et les mesures de restrictions qui avaient abouti à la stigmatisation des Africains.
La panique s’est emparée des Chinois qui craignent un retour du corona virus. Ils considèrent l’étranger comme le coupable de la pandémie et de leur confinement durant des mois. Une réaction peut être humaine mais qui ne justifie pas les actes de violence et de racisme à l’encontre des Africains.
Depuis environ eux décennies, la Chine est bien implantée en Afrique. Elle est considérée comme un partenaire fiable, il serait dommage que ces incidents aient un impact négatif sur les relations entre les 2 continents. La politique de développement de la Chine doit tenir compte des atrocités commises et sanctionner fermement ceux qui s’y sont adonnés. Ces exactions racistes ont a entraîné de part et d’autre un torrent de commentaires haineux sur les réseaux sociaux.. La loi du talion, œil pour oeil, dent pour dent n’est pas la solution. La pandémie du Corona Virus ne doit pas non plus affecter les relations entre la Chine et l’Afrique. Il va falloir renouer le dialogue et apaiser tout le monde.
Nous suivons avec un intérêt particulier la politique de développement de la Chine en Afrique. Nous espérons que les bonnes relations reprendront le dessus et que ces incidents fâcheux seront rapidement relégués au fond de nos mémoires.
Dr. Pierrette Herzberger-Fofana
Députée au parlement européen