Ultimate magazine theme for WordPress.

L’ACT dénonce l’économie du Sénégal sous ajustement structurel

l'ancien premier ministre Abdoul Mbaye, président du parti Alliance pour la Citoyenneté et le travail (ACT)
0

Communiqué du Conseil National de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail du 18 Janvier 2020

Le 18 janvier 2020, la réunion du Conseil national (CN) de l’ACT, s’est tenue sous la présidence du compagnon Abdoul Mbaye.

Prenant la parole, Abdoul Mbaye a d’abord tenu à présenter à l’ensemble des membres du Parti ses vœux de nouvel an. Ces vœux vont aussi aux membres de la Communauté Nationale rudement frappés par les effets d’un ajustement structurel qui ne dit pas son nom mais qui était prévisible et fut annoncé par l’ACT.

Le CN s’est intéressé à la situation nationale très fournie actuellement mais essentiellement marquée par :

Une confirmation d’une économie sous ajustement structurel se traduisant par une augmentation significative des prix affectant la consommation intérieure. C’est le cas de la hausse du carburant, du prix du pain, des droits douaniers, de l’électricité, et un renforcement de la pression fiscale.

Ces mesures se traduisent systématiquement par une hausse des prix. L’Unacois vient de communiquer dans ce sens. Le CN regrette fortement ces hausses qui sont essentiellement expliquées par une gouvernance non vertueuse, et corruptogène. A plusieurs reprises, le CN par la voix de son Président a alerté l’opinion publique et internationale sur les conséquences désastreuses de cette politique et ses conséquences négatives sur le pouvoir d’achat des sénégalais. Elle va constituer un risque sérieux sur l’emploi (cf. mouvements dans le secteur agricole), et accentuer la pauvreté des populations en installant une extension de la précarité.

D’ores et déjà, il faut constater avec consternation l’échec de la campagne agricole 2019/2020 malgré tous les discours gouvernementaux, conséquence directe de mauvais choix stratégiques portant sur la restauration du capital semencier certifié et une distribution d’intrants respectant l’intérêt des paysans plutôt que celui de politiciens intermédiaires.

Le CN constate pour le déplorer la persistance de la crise universitaire, en l’absence de solutions durables. Le CN demande au gouvernement d’accélérer la construction des infrastructures universitaires en cours de réalisation depuis de trop nombreuses années. Pendant ce temps, les constructions de prestige de Diamniadio continuent de fleurir sans réel impact positif sur la vie des populations. Les priorités sont nécessairement ailleurs.

Au plan de la sécurité, force est de constater la vacuité de l’Etat qui se traduit par des assassinats d’enfants et de femmes, de viols et de kidnappings. Le CN constate cependant positivement les efforts récents avec la transformation en crimes de ce qui n’était que délit, et demande que des moyens supplémentaires soient dégagés pour l’application de cette nouvelle loi.

Le CN constate que la poursuite des nuisances du TER avec ses effets négatifs collatéraux sur les populations. Cet investissement aurait été plus pertinent dans le choix de la réhabilitation du rail par la voie Dakar/Bamako, ce qui aurait dû être fait en lieu et place du TER. Le CN exhorte le gouvernement à payer les indemnisations dues et à assurer la libre circulation des populations vivant dans la proximité du TER. La construction de passerelles et autres ponts autour de ces infrastructures aurait dû être considérée comme un préalable.

Au plan international, le CN considère la rencontre du G5 à PAU (France) tant dans la forme que dans ses modalités d’organisation comme une insulte à la dignité de nos peuples et par conséquent constate que la revendication de notre dignité est devenue une exigence de premier niveau dans nos relations avec les puissances occidentales.

S’agissant de la question libyenne, il convient de la circonscrire dans la lutte globale contre le terrorisme car ayant des conséquences importantes dans la stabilisation de cette zone soudano-sahélienne.

Abordant la vie du Parti, le CN constate avec satisfaction les progrès en cours dans les activités de massification du Parti d’une part et son implication forte dans le renforcement des structures du CRD d’autre part. Il exhorte les militants à privilégier, dans la phase actuelle du développement du Parti, les actions citoyennes de proximité dans le cadre du programme du Parti baptisé « NiceAct ».

Le CN a consacré un long débat aux réformes récentes annoncées concernant le franc cfa.

Le CN a regretté que les Autorités monétaires de la zone UEMOA aient attendu 46 années, pour, sous la pression de la jeunesse de nos pays, engager lesdites réformes portant sur le changement de la dénomination de la monnaie, et la fin des contreparties associées à la prétendue garantie de convertibilité apportée par la France.

Le CN a tenu à saluer ces premiers pas obtenus comme des acquis à mettre au crédit de l’engagement de la jeunesse.

Il considère toutefois que la vigilance doit rester de mise dès lors qu’il semble difficile de passer du franc cfa à l’Eco au cours de l’année 2020 comme cela a été annoncé.

Le CN a également retenu que la garantie de convertibilité dont les contreparties n’ont pas été précisées, n’en est pas réellement une. Il ne s’agit en fait que d’un concours possible après ceux du Fond Monétaire International (FMI), et des démarches de « ratissage ». Il a rappelé que la convertibilité de la monnaie de l’UEMOA est d’abord l’œuvre de la BCEAO, qui l’a assurée sans aucun soutien en 60 années d’indépendance sauf à la fin des années 80. Le CN estime que l’expertise de la BCEAO dispense d’avoir recours à une garantie du Trésor français qui ne correspond d’ailleurs aucunement à une « garantie illimitée » comme annoncée.

Le CN a enfin regretté les silences de la BCEAO et des opérateurs économiques. Il retient comme nécessaire que des précisions soient données au public sur l’ensemble des engagements de réforme annoncés, et que les prises de position, notamment politiques, ne nuisent à la valeur de la monnaie de l’Union au détriment de populations déjà très affectées par la pauvreté.

Dakar le 18 janvier 2020

Le Conseil National de l’ACT.

laissez un commentaire