L’APR se déchire : Le part présidentiel pourra-t-il résister d’ici 2024

L’Alliance pour la République (APR) devient de plus en plus un parti au bord de la déchirure. Tous les signaux montrent que la formation présidentielle part en vrille. Des responsables de l’APR attaquent d’autres responsables, comme c’est le cas de Mame Mbaye Niang qui s’en prend de façon ignoble au ministre des Affaires étrangères Amadou Bâ, à chaque fois qu’il en a l’occasion.

Si ce n’est pas lui Mame Mbaye Niang, ce sont ses complices qui montent à l’assaut pour toujours s’adonner à la sale besogne qui est de s’en prendre à des autorités. Le Sénégal marche à l’envers en ce moment avec l’APR dont les responsables sont dans des combines de positionnement.

Si ce ne sont pas les attaques de responsables de l’APR envers d’autres de leurs camarades de parti, il y a ces ministres qui quand, ils ouvrent la bouche, commettent des gaffes. Des gaffes qui ne font qu’assombrir le bilan du Chef de l’Etat Macky Sall. Mais Mansour Faye et compagnie ne sont pas si préoccupés que cela. Ils méprisent les Sénégalais et se disent que c’est l’APR qui est au pouvoir, donc tout leur est permis. Ils ignorent que s’ils occupent aujourd’hui de hautes fonctions au sein de la République, ils ne le doivent qu’au Chef de l’Etat Macky Sall à qui les Sénégalais ont accordé leur confiance.

Des scandales causés par des responsables de l’APR, il n’en manque au Sénégal. Un ministre amateur de viande de gazelle, un autre qui fait tout pour mettre le secteur de la justice, sens dessus, sens dessous, au Sénégal, tous les ingrédients sont réunis pour renvoyer l’APR dans l’opposition en 2024. Car, personne ne voit comment la formation présidentielle pourra résister à toutes ses vagues suicidaires avant 2024.

A moins que le Président de la République décide enfin pendant qu’il est temps de siffler la fin de la récréation. C’est-à-dire de sévir dans les rangs de son parti, en ramenant à la raison tous les responsables devenus suffisamment arrogants.

La rédaction de Xibaaru