L’Arabie Saoudite enferme les africains pour se protéger du Coronavirus

L’Arabie saoudite enferme les migrants africains dans des centres de détention infernaux pour les empêcher de propager le coronavirus , a-t-il émergé.

Des images divulguées au  Sunday Telegraph montrent des migrants émaciés entassés dans des cellules exiguës dans la chaleur torride du Moyen-Orient.

Les prisonniers disent qu’ils sont «  traités comme des animaux  » par les gardes saoudiens qui les battent avec des fouets et des cordons électriques et jettent les corps de migrants morts d’un coup de chaleur ou d’un suicide.

L’Arabie saoudite a subi des pressions pour avoir expulsé des milliers de migrants illégaux lorsque la pandémie est arrivée pour la première fois et les a depuis entassés dans les prisons pour les empêcher de propager la maladie dans leurs maisons surpeuplées.

Une image prise sur un téléphone de contrebande montre des migrants couchés presque nus sur le sol d’une cellule sale avec des dizaines de personnes entassées dans des pièces voisines.

Dans une autre pièce, un cadavre gisait sur le sol recouvert d’une couverture après qu’un migrant soit mort d’un coup de chaleur – avec d’autres prétendument luttant pour la nourriture et l’eau.

«C’est l’enfer ici. Nous sommes traités comme des animaux et battus chaque jour », a déclaré Abebe, un migrant éthiopien.

«Mon seul crime est de quitter mon pays à la recherche d’une vie meilleure. Mais ils nous ont battus avec des fouets et des cordons électriques comme si nous étions des meurtriers.

Un autre migrant a déclaré qu ‘«on nous a laissé mourir ici», ajoutant qu’il n’était pas sorti de la zone d’une salle de classe depuis mars.

arabie saoudite
L’Arabie saoudite enferme les migrants africains dans des centres de détention infernaux pour les empêcher de propager le coronavirus , a-t-il émergé.

D’autres ont déclaré qu’ils n’avaient reçu aucun traitement médical et que la saleté des toilettes débordait dans les cellules.

Les groupes de défense des droits humains avertissent depuis longtemps que les prisons sont des zones potentiellement sinistrées en raison de la propagation possible de la maladie dans des espaces confinés et sales.

Selon le Sunday Telegraph, l’une des prisons se trouve à Al Shumaisi près de La Mecque, tandis qu’une autre se trouve à Jazan, près de la frontière avec le Yémen.

On pense que ces deux seuls contiennent des centaines de personnes, et il peut y avoir plus de prisonniers dans d’autres parties de l’enceinte.

Human Rights Watch a déclaré que les migrants étaient soumis à des «conditions sordides, surpeuplées et déshumanisantes» dans les centres de détention.

Un État riche en pétrole comme l’Arabie saoudite n’avait «  aucune excuse  » pour détenir des migrants dans de telles conditions, a déclaré un porte-parole.

Le gouvernement saoudien n’a pas répondu aux revendications.

L’ONU a déclaré en avril que l’Arabie saoudite avait expulsé 2 870 migrants éthiopiens vers Addis-Abeba depuis le début de la pandémie.

Une note interne de l’ONU a indiqué que l’Arabie saoudite devrait expulser quelque 200 000 migrants éthiopiens au total.

Cependant, Riyad a appelé à un arrêt temporaire des expulsions après avoir été sous la pression de l’ONU et de l’Éthiopie.

De nombreux migrants de retour ont été exploités en Arabie saoudite et ont nécessité des soins médicaux sans rapport avec le coronavirus, a déclaré le ministre éthiopien de la Santé.

Les responsables américains estiment que quelque 100 000 Éthiopiens voyagent illégalement en Arabie saoudite chaque année, attirés par le rêve d’échapper à la pauvreté en travaillant comme ouvriers, femmes de ménage, domestiques, ouvriers du bâtiment et chauffeurs.

Le flux de travailleurs s’est poursuivi malgré les efforts de Riyad pour faire pression sur les entreprises pour qu’elles embauchent davantage de travailleurs saoudiens.

Les entreprises avec plus d’employés saoudiens bénéficient d’un traitement préférentiel, tandis que celles qui comptent trop de travailleurs étrangers peuvent faire face à des sanctions.

arabie saoudite
Des migrants sont photographiés avec des cicatrices sur le dos après avoir été battus par des gardes

Les règles font partie d’une politique de «  saoudisation  » défendue par le prince héritier controversé du royaume, Mohammed ben Salmane.

Cependant, les 12 millions d’étrangers qui travaillent dans le royaume sont souvent nécessaires pour des emplois pénibles et moins rémunérés – alors qu’environ les deux tiers des travailleurs saoudiens sont employés dans le secteur public.

Même avant la pandémie, des migrants expulsés ont déclaré que des «policiers» saoudiens à la légitimité douteuse avaient volé leur argent et l’avaient partagé entre eux.

D’autres ont déclaré avoir vu des compatriotes se faire tirer dessus et être blessés alors qu’ils tentaient d’échapper aux rafles de la police.

L’Arabie saoudite a officiellement enregistré 314821 cas de coronavirus et 3870 décès, ce qui en fait le pays le plus touché du Moyen-Orient à l’exception de l’Iran.

En mai, l’Arabie saoudite a formé une unité spéciale de police pour faire appliquer ses règles strictes de quarantaine, qui prévoyaient l’interdiction de rassembler plus de cinq personnes.

Cependant, les règles n’ont pas empêché l’Arabie saoudite d’avoir à réduire le pèlerinage du hajj afin de maintenir une distanciation sociale.

La société pétrolière d’État saoudienne Aramco a également vu ses bénéfices plonger de 50% au premier semestre de cette année.

Les prix du pétrole se sont effondrés après que les voyages aériens se sont pratiquement arrêtés en raison des verrouillages imposés par les pays les plus riches du monde.

Malgré les efforts du prince héritier pour diversifier l’économie, l’Arabie saoudite dépend toujours fortement des exportations de pétrole pour alimenter les dépenses gouvernementales.