Ultimate magazine theme for WordPress.

L’ASSAMM va traîner Diouf Sarr devant la Cour de Justice de la CEDEAO

Ansoumana Dione (à gauche) et Abdoulaye Diouf Sarr (à droite)
0

Non assistance aux malades mentaux errants : Abdoulaye DIOUF SARR, traîné devant la Cour de Justice de la CEDEAO (ASSAMM)

Pour avoir délibérément empêché la prise en charge et la réinsertion sociale de plus de trois mille malades mentaux errant au Sénégal, le Ministre Abdoulaye DIOUF SARR devra répondre, devant la Justice, de ses actes criminels, répréhensibles. En effet, l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), va saisir la Cour de Justice de la CEDEAO, d’une plainte contre l’Etat du Sénégal, par le biais du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, pour délit de non assistance à cette frange vulnérable.

C’est Ansoumana DIONE, Président de l’ASSAMM, qui donne l’information, non sans préciser à qui voudrait l’entendre, que force restera obligatoirement à la loi. Selon lui, beaucoup de malades mentaux ont trouvé la mort au Sénégal, à cause d’un manque d’assistance du Ministère de la Santé et l’Action Sociale, dirigé depuis 2017, par Abdoulaye DIOUF SARR, qu’il considère comme étant le bourreau de ses protégés. Combien de malades mentales ont été victimes de sévices sexuels, faute d’assistance ? s’interroge-t-il.

Sur les mille milliards dégagés par l’Etat du Sénégal, pour accompagner les couches démunies et les impactés de la lutte contre la pandémie de Covid-19, pas un seul franc CFA qui a été alloué aux malades mentaux errants, pour leur prise en charge, rappelle Ansoumana DIONE. D’ailleurs, souligne-t-il, ces porteurs, considérés comme étant des foyers de la transmission communautaire, peuvent être à l’origine de cette quatrième vague que regrettent les autorités sanitaires. De qui se moquent-elles ? conclut-il.

 

Rufisque, le 28 décembre 2021,

 

laissez un commentaire