Ultimate magazine theme for WordPress.

Le M2D prêt à « bruler » le pays pour soustraire Sonko de la justice

0

Les violentes manifestations du mois de mars sont toujours gravées dans les mémoires des Sénégalais. L’accalmie observée ces derniers jours risquent d’être de courte durée. Le Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D) a renoué avec ses habitudes. Ce mouvement né suite à l’affaire « Sweet Beauty » dans laquelle l’opposant Ousmane Sonko est poursuivie pour viols répétées par la jeune masseuse Adji Sarr, ne compte pas laisser le leader du Pastef aller devant la justice. Pour arriver à leurs fins, les activistes du M2D comptent investir les rues quitte à bruler le pays.

L’affaire « Sweet Beauty » risque de couter trop cher au Sénégal. Cette affaire dans laquelle le leader de Pastef (Parti des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité) est accusé de viols est loin de connaître une fin heureuse. La « première vague » a été très meurtrière pour notre pays. Plusieurs jeunes ont perdu la vie dans les émeutes nées de l’arrestation de Ousmane Sonko. Mais ce problème a vite été transformé en un « complot », selon les sympathisants de Sonko, ourdi par le régime pour freiner la progression politique du patriote en chef.

Pour défendre Ousmane Sonko et faire face à ce qu’ils appellent un « complot », le M2D a sonné la mobilisation depuis le mois de mars. Des mobilisations qui se sont terminées avec des scènes pillages et de saccages. Il a fallu l’intervention des Khalifes généraux et de plusieurs personnalités pour faire baisser la tension. Après des tractations, les responsables du mouvement ont accepté de suspendre leur manif tout en restant sur la défensive. Ils ont même remis à Serigne Mountakha Mbacké un mémorandum en dix (10) points dans lequel ils exigent la fin du « complot politico-judiciaire fomenté contre Ousmane Sonko ».

Mais cette paix des braves risque d’être très précaire. En effet le M2D a organisé ce vendredi de nouvelles manifestations à Dakar, Diourbel et Ziguinchor. Cheikh Tidiane Dièye et Cie veulent que les personnes qui ont été arrêtées durant les émeutes de mars dernier, qui ont fait plus d’une dizaine de morts, soient libérées. « Nous exigeons la libération immédiate et sans conditions des détenus dans les prisons de Diourbel et Ziguinchor », déclarait Sonko présent à cette manifestation.

Mais cette forme de lutte qu’ils ont adoptée ne convainc pas tout le monde. Pour l’ancien chef de cabinet du Président Macky Sall, Moustapha Diakhaté, le M2D ne lutte pas pour la démocratie. Et selon lui, ils ont manipulé les jeunes victimes durant les émeutes. « Parce qu’ils sont descendus dans la rue croyant fermement qu’il y a un complot ourdi par l’Etat contre Ousmane Sonko. Donc c’est sur la base d’un mensonge qu’on les a mobilisés et sur la base d’un mensonge qu’ils ont été tués », se désole l’ancien parlementaire.

Mais le M2D qui se devait de défendre la démocratie est en train de violer tous les fondamentaux de la République. Ils comptent soustraire des personnes qui ont maille à partir à avec la justice sénégalaise, par la force de la rue. Les manifestations et rassemblement qu’ils organisent visent uniquement à mettre la pression sur le système judicaire mais aussi sur le président Macky Sall.

Ces activistes politiciens du M2D sont prêts à tout pour faire libérer de prison, les manifestants arrêtés durant les évènements de mars. Et aussi éviter que le leader de Pastef ne réponde de ces accusations de viols présumés qui pèsent sur lui, quitte à mettre le pays à feu et à sang.

Mais qu’ils se le tiennent pour dit, personne ne peut faire plier la justice sénégalaise. Cette affaire doit aller jusqu’au bout car les sénégalais ont besoin de connaitre la vérité sur cette affaire née sur la table de massage du salon « Sweet Beauty ».

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire