Ultimate magazine theme for WordPress.

Le méchant coup que réserve Macky à Barth…à la veille des Locales

0

Si vous ne connaissez pas Macky Sall demandez à Abdoulaye Wade, Karim Méissa Wade et à Khalifa Ababacar Sall…il vous sourit le matin et hante vos nuits ; il a battu Wade, emprisonné puis exilé son fils, foutu au cachot Khalifa Sall avant d’invalider sa candidature à la présidentielle. Et aujourd’hui, avec les Locales qui s’annoncent comme le 1er tour de la présidentielle de 2024, Macky Sall réserve à celui qui est pressenti comme le futur maire de Dakar, un sort identique à celui de son mentor.

Depuis les années 2009, l’opposition a toujours dirigé la ville de Dakar. Mais aujourd’hui avec les locales du 22 janvier 2022 qui sont cruciales pour l’avenir de Macky en 2024, le parti au pouvoir a déjà annoncé les couleurs : « si on perd ces élections, ce n’est pas la peine de continuer. Mieux vaut rendre le tablier. Ces élections vont déterminer notre avenir politique en 2024. Je pense qu’on ne puisse pas laisser le président Macky Sall terminer les projets qu’il a commencé pour le Sénégal. » a déclaré Mahmoud Saleh, celui-là même qui est considéré comme la tête pensante du Palais…

Alors pas question de perdre la capitale…

« Si Macky ne gagne pas la capitale Dakar alors c’est foutu ! » nous dit un membre de la Task force Républicaine (TFR) qui est la première ligne de défense du Président Macky. Ensuite il nous fait une révélation qui sonne comme une déclaration de guerre : « Barthélémy ne pourra jamais gagner la capitale car il ne sera parmi les candidats » avant de nous renvoyer à l’article L.31 de la Loi n° 2017-12 du 18 janvier 2017 portant Code électoral. Rappelons que lors de la modification du code électoral, le 13 juillet dernier, le ministre de l’Intérieur a fait savoir qu’aucune modification n’a été apportée aux articles L30 et L31.

Et selon notre interlocuteur de la Task Force Républicaine (TFR), c’est cet article qui a invalidé les candidatures de Karim Méissa Wade et Khalifa Ababacar sall à la présidentielle de 2019. « Et c’est ce même article qui plane comme une épée de Damoclès sur la tête de Baethélémy Dais qui a un casier judiciaire long comme le chemin de fer Dakar-Bamako ». Voici l’article du code électoral qui peut mettre fin à votre carrière politique si vous êtes passé par la case tribunal…

Article L.31. – Ne doivent pas être inscrits sur la liste électorale : 1) les individus condamnés pour crime ; 2) ceux condamnés à une peine d’emprisonnement sans sursis ou à une peine d’emprisonnement avec sursis d’une durée supérieure à un mois, assortie ou non d’une amende, pour l’un des délits suivants : vol, escroquerie, abus de confiance, trafic de stupéfiants, détournement et soustraction commis par les agents publics, corruption et trafic d’influence, contrefaçon et en général pour l’un des délits passibles d’une peine supérieure à cinq (05) ans d’emprisonnement ;

Et Barthélémy Dias a été déjà condamné pour un crime

Fin 2011, Barthélémy Dias n’avait pas hésité à dégainer son pistolet 9 mm, pour faire feu en direction de quelques nervis du Parti démocratique sénégalais (PDS) qui encerclaient la mairie de Mermoz-Sacré-Coeur. L’un des assaillants, un nervi, avait été retrouvé mort, sans qu’il soit possible d’affirmer que Barthélémy Dias ait été l’auteur du coup de feu mortel.

Arrêté avec 12 autres personnes pour coups mortels, coups et blessures volontaires et détention d’arme sans autorisation administrative, l’édile de Sacré-Cœur/Mermoz avait écopé, en première instance, d’une peine de 2 ans dont 6 mois de prison ferme, pour le meurtre du nervi, lors de l’attaque de la mairie en septembre 2011. Ses co-prévenus Habib Dieng et Babacar Faye avaient été condamnés à la même peine de prison, pour les mêmes faits. En sus de leur peine, ils devaient allouer à la famille de la victime la somme de 25 millions de francs CFA.

En 2017 Barthélémy Dias a été condamné à deux ans de prison, dont six mois ferme, pour coups et blessures volontaires et détention illégale d’arme – une peine alors couverte par sa détention provisoire en 2012. Et ce n’est pas tout. La justice a condamné le mardi 17 avril 2018 l’opposant Barthélémy Dias et maire de la commune dakaroise de Mermoz-Sacré-Cœur à six mois de prison ferme, après ses propos injurieux à l’égard des magistrats.

Et selon notre interlocuteur, la coalition Yewwi ferait une erreur en investissant Barthélémy Dias comme tête de liste car sa candidature sera invalidée et peut être même la liste de Yewwi Askan Wi. Le président Macky Sall, comme l’a dit Mahmoud Saleh, devra terminer ses chantiers et il a besoin de gagner ses Locales. Alors, même si Macky doit utiliser les moyens politiques pour freiner Barthélémy Dias, il n’hésitera pas une seule seconde…

La rédaction de xibaaru

laissez un commentaire