Ultimate magazine theme for WordPress.

Le projet Pastef se meurt…ça ne sent pas bon pour Sonko

2

L’élection présidentielle se prépare déjà au sein des états-majors des différents partis politiques. A quinze mois de cette élection tant attendue, le parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) de Sonko est en train de se perdre dans ses propres contradictions. Une guerre a démarré entre certains insubordonnés et des militants prêts à tout pour défendre Le Président Ousmane Sonko (PROS). Cette guerre interne risque d’être le début de la fin pour ce parti qui a vendu aux sénégalais de nombreux rêves.

sonko
De g à dr : Ousmane Sonko, Bassirou Diomaye Faye et Birame Souleye Diop

Plus rien ne va chez Ousmane Sonko. Tout comme les grands partis, Pastef vit des moments sombres. Les délices du pouvoir commencent à monter à la tête de certains leaders. Ce qui entraîne des frictions. Birame Souleye Diop est la cause des turbulences qui secouent actuellement le Pastef. Élu député et maire, l’édile de Thiès Nord refuse de lâcher l’un de ses postes. Ce refus crée un grand malaise dans le parti de Sonko. La majorité des patriotes estiment que Birame Souleye manque de respect à la parole du PROS. Mais aussi à l’engagement de leur parti…

Mais le mal est plus profond que ne le pensent les patriotes. Le véritable problème est que Pastef a vendu aux sénégalais un projet de rupture. Mais ce projet est devenu un rêve chimérique. Depuis son entrée en politique, Ousmane Sonko se réclamait anti-système. Sa façon de faire de la politique avait fini par séduire beaucoup de jeunes. Malheureusement, cela ne suffisait pas pour arriver au sommet. En politicien fini, le maire de Ziguinchor change de tactique.

Rattrapé par la dure réalité politique, Sonko met de côté l’un des principes fondamentaux de leur parti qui était de ne pas s’allier avec le système et devient un élément incontournable du système. Il s’allie avec les mêmes personnes qu’il voulait fusiller. Ce revirement avait poussé beaucoup de sénégalais à se poser des questions sur la valeur de la parole du leader de ce parti. Depuis lors, on assiste à des séries de reniements de la part des membres de Pastef qui se sont toujours dit être partisans de la rupture.

sonkoAujourd’hui c’est le numéro 2 de Pastef qui s’y met. En refusant de céder un de ses postes, Birame Souleye Diop vient de démontrer sa gourmandise politique. Mais le chien est à l’image de son maître, dit-on. Le maire de Thiès Nord ne fait que suivre les traces de son maître et mentor. Ousmane Sonko est de nature à promettre une chose et d’appliquer le contraire le lendemain. Le présumé bourreau d’Adji Sarr avait été député puis maire de Ziguinchor jusqu’à l’installation de la nouvelle législature et pourtant il n’avait pas essayé de donner l’exemple.

Un jeu de yoyo politique qui commence à fatiguer les sénégalais. Pastef perd toute crédibilité aux yeux des sénégalais. Si ce parti est toujours debout, il le doit aux nombreux sympathisants de Ousmane Sonko. Le maire de Ziguinchor est l’unique force motrice de ce parti. Malheureusement, une seule personne ne peut pas porter un parti. Il devient urgent pour Pastef de se réorganiser. Car avec le dossier Adji Sarr, la justice peut à tout moment décapiter la tête du serpent.

Malheureusement, il sera très difficile de faire de Pastef un grand parti sans Sonko. Les leaders de ce parti viennent de montrer leur véritable visage. Ils ne valent pas mieux que les personnes qu’ils combattent. Car tout ce qu’ils veulent, c’est arriver au pouvoir pour prendre leur part du gâteau. Mais attention ! Macky Sall a fait mûrir le peuple sénégalais. Ils ne sanctionnent plus, ils cherchent un véritable leader capable de changer la destinée du pays. Et non de nouveaux arrivistes pour 2024.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)