Ultimate magazine theme for WordPress.

Les handicaps de Macky et Sonko en 2024…Le 3ème mandat et le viol

1

En 2024, les deux grands favoris de la présidentielle vont briguer les suffrages des Sénégalais avec des handicaps majeurs. Pour le président sortant, c’est le troisième mandat consécutif que les Sénégalais « détestent ». Et pour le leader des Patriotes, c’est l’affaire de viol dans lequel il est empêtré qui « dégoute » les Sénégalais. Ces handicaps pourraient profiter à un troisième larron qui pourrait être de l’opposition comme du pouvoir. Macky et Sonko sont-ils passés de favoris à outsiders à l’élection présidentielle de 2024 ? Et à qui profiterait cette situation ?

Pour sûr qu’ils sont présentés comme les deux grands favoris de l’élection présidentielle de 2024. Macky Sall et Ousmane Sonko doivent se conformer à la réalité. Leurs statuts de favoris à l’élection présidentielle de 2024, ils risquent de le perdre. D’autres candidats pourraient bien émerger lors de cette élection présidentielle, et reléguer Macky Sall et Ousmane Sonko au second plan.

macky
Macky Sall (à gauche) et Ousmane Sonko (à droite)

Effectivement Macky Sall et Ousmane Sonko sont confrontés à la dure réalité. Ils portent tous les deux, ces lourds handicaps. Comme nous le disons, Macky Sall est poursuivi par la clameur qui lui dit « non à un troisième mandat ». Tandis que, Ousmane Sonko est mal barré avec l’affaire du Tweet Beauty. Tous deux auront du mal à se défaire de ces si lourds fardeaux. Ils auront du mal à vendre leurs candidatures auprès des électeurs, d’autant que Khalifa Sall, le PUR de Serigne Moustapha Sy, guide des Moustarchidines qui va présenter son candidat, Malick Gakou, et encore d’autres, vont avoir leur mot à dire en 2024…

Macky Sall ne sait pas encore quoi faire. Une campagne intense est menée par l’opposition reléguée par la société civile pour enrayer toute tentative de présenter sa candidature à un troisième mandat en 2024. Macky Sall est rattrapé par sa promesse faite qu’il ne se présentera pas à un troisième mandat. Ce qui avait même expliqué la Constitution qu’il avait fait voter par référendum en 2016. En effet, il est intitulé dans la Constitution que nul ne peut exercer plus de deux mandats constitutifs.

mackyJuridiquement, Macky Sall est hors course en 2024. Moralement, il l’est aussi. Il a pris l’engagement devant tout un peuple, toute une nation de ne jamais se présenter sa candidature à un troisième mandat consécutif. Macky Sall est à présent rattrapé par l’histoire. Il doit même se mordre les doigts d’avoir pris un tel engagement. En 2024, s’il persiste dans sa velléité de présenter sa candidature à troisième mandat, c’est un terrible désaveu qui risque de l’attendre de la part du peuple sénégalais.

Macky Sall sait donc ce qui risque de l’attendre en 2024. Quid de celui que l’on veut présenter comme étant son principal rival en 2024 ? Ousmane Sonko, avant même le coup de sifflet annonçant le début du combat, pourrait même être déclaré out. Le coup qui le met KO, il l’a reçu depuis qu’il a vu son nom être mêlé dans une affaire de viols répétitifs. Ousmane Sonko est accusé par la jeune femme Adji Sarr qui exerçait au salon Sweet Beauty…de viols.

Le procès pour cette affaire serait en cours, beaucoup de déballages pourraient en sortir. Et, Ousmane Sonko pourrait être définitivement disqualifié aux yeux des Sénégalais. Jusqu’ici, il a du mal à convaincre l’opinion sur les véritables raisons de sa présence dans un salon de beauté à une heure où on était en plein couvre-feu au Sénégal. Ousmane Sonko avance que c’était pour des soins de massage liés à sa maladie. Seulement, il du mal à convaincre.

Pour des soins de massage, des cabinets de kinésithérapies spécialisés en la matière, existent. Il soutient également de façon maladroite, que pour des problèmes financiers, il était obligé d’avoir recours au service de ce salon de beauté. Non seulement, Ousmane Sonko trouve les moyens financiers lorsqu’il s’agit d’exercer ses activités politiques, mais il avait en sa qualité de député de l’époque, également les moyens de se faire traiter de la maladie qu’il prétend traîner, à moindres coûts, car bénéficiant d’une prise en charge par l’Assemblée nationale.

A dire vrai, Macky Sall et Ousmane Sonko, à cause de ces boulets qu’ils traînent pourraient être disqualifiés en 2024. Ce qui ne ferait que l’affaire d’autres candidats qui sont à l’affût. Qui parmi les autres candidats serait crédible pour être porté à la magistrature suprême ?

Papa Ndiaga Dramé pour xibaaru.sn

Afficher les commentaires (1)