Ultimate magazine theme for WordPress.

Le récit d’un enseignant qui évite de justesse…le scandale

0

Vers un enseignement sans éducation au Sénégal ? Se dirige-t-on vers un laisser-aller total ou une anarchie dans nos salles de classes ?

La scène rocambolesque que j’ai vécue ce matin dans ma classe laisse présager un tel scénario ! Aujourd’hui, j’ai été plongé dans une frayeur sans précédent ! Mon cours a été perturbé par une élève qui bavardait et refusait de prendre le cours. C’est une habituée des faits. Malgré les rappels à l’ordre, elle persistait dans son mauvais comportement ! A 9 heures, comme je n’avais plus de temps à cause du débrayage, je demandai aux élèves s’il y avait des absents. Elle répondit avant tout le monde qu’il n’y avait aucun absent en agitant irrespectueusement sa main. Les autres élèves la contredirent !  Je lui dis par plaisanterie : « s’il y a des absents, je te noterai absent ». Pour être irréprochable, j’entrepris de faire l’appel. Arrivé à son nom, elle refusa de répondre, me regarda courageusement en roulant des yeux et me dit sur un ton sarcastique :  » tu as dit que tu me marqueras absent, alors fais-le » ! Je ressentais beaucoup de gêne à cet instant, j’avais le souffle coupé ! Mais je me suis rappelé automatiquement les violences intervenues dans la zone sud du pays et qui se sont soldées par la mort d’un élève, à Simbandi Balante, non loin de Goudomp. Je fis alors preuve de retenue. La meilleure solution pour moi était de la conduire à la surveillance. Après l’appel, je lui ai demandé de me suivre jusqu’à la surveillance. Après avoir dénoncé son comportement auprès du surveillant, ce dernier se mit à la sermonner. Il alliait reproches et conseils. La fille éclata en sanglots et tout d’un coup s’évanouit ! On l’étendit sur une natte où elle ne donnait plus aucun signe de vie. On voulait appeler l’ambulancier pour l’acheminer à l’hôpital. Il était injoignable. Je demeurais inerte, les yeux hagards, tremblant comme un roseau agité par le vent ! Il a fallu une vingtaine de minutes pour qu’elle retrouvât ses esprits. A peine s’est-elle assise sur une chaise que sa jeune maman (une « diegg » qui est loin d’avoir mon âge) entra à la surveillance. Elle nous fit savoir qu’elle a perdu son jeune mari, qu’elle se débrouille dans les rizières et les petites activités génératrices de revenus pour nourrir difficilement ses enfants, qu’elle est même dans l’impossibilité de s’acquitter de ses droits d’inscription, qu’elle ne peut rien contre sa fille qui passe tout le temps à se battre avec sa sœur et ses camarades de l’entourage. Elle a ainsi menacé sa fille de la faire quitter l’école comme elle ne veut pas apprendre. J’étais confus en ce moment et pris de pitié ! C’est ainsi que j’ai discuté à l’écart avec la maman (qui ne parle pas wolof) et suis parvenu, dans un manding tortueux, à la convaincre. J’ai pris même l’engagement de prendre en charge la scolarité de la fille et ses besoins secondaires. Aussitôt, la maman a porté cela à sa connaissance. Et quand j’ai commencé à lui faire des compliments, à lui faire savoir que c’est moi son papa désormais, qu’elle peut maintenant me solliciter en cas de besoin (fournitures, habillement, produits cosmétiques, etc.), je l’ai vu esquisser un petit sourire. J’ai pu donc tirer des leçons sur cet épisode : le mauvais comportement d’un élève peut être inhérent à sa situation familiale, son milieu, etc ; enseigner, c’est difficile, il devient un métier à risques ! On tape l’élève, il meurt ! On le sermonne, il s’évanouit ! Quelle attitude prendre alors face aux perturbateurs et aux élèves qui n’apprennent pas leurs leçons ? Les laisser faire ?

Je rends grâce à Dieu de m’avoir sauvé aujourd’hui ! Imaginez si la fille était morte ! On m’aurait ainsi emprisonné, sali ma réputation, brisé ma carrière et déversé toute sa bile sur ces vaillants soldats du savoir qui ne sont jamais félicités ni décorés mais plutôt dénigrés et accusés à tort ! Quant aux journalistes, ils auraient titré à la une de leurs journaux : « Goudomp : un professeur tue son élève »! Et comme il s’agit d’une fille, d’autres auraient même insinué par là une relation extrascolaire, douteuse, pour mettre en mal encore tout le corps enseignant avec la population déjà encrée dans ses dénigrements, ses préjugés et ses diffamations à l’endroit de cette élite valeureuse.

C’est pourquoi, chers collègues, nous devons faire preuve de vigilance, de prudence et de retenue inouïes et prier Dieu afin qu’il nous protège car nous sommes exposés et sans défense !

Que le Seigneur Tout-Puissant veille sur nous ! Amen.

 Le Dépité à l’ Assemblée Scolaire Navrée

laissez un commentaire