Le Sénégal court un risque de…surendettement

Une analyse de viabilité de la dette a permis de ressortir que le risque de surendettement ’’est passé d’un risque faible à un risque modéré de surendettement statut actuel de l’ensemble des pays de l’UEMOA’’, a-t-on appris de source officielle.
’’En perspectives du nouveau programme ICPE (instrument de coordination des politiques économiques), les services du FMI ont procédé à l’analyse de viabilité de la dette. Il ressort de cet exercice que le risque de surendettement est passé d’un risque faible à un risque modéré de surendettement statut actuel de l’ensemble des pays de l’UEMOA’’, indique une note reçue des services du Trésor.
La même source explique que ‘’les principales raisons sont liées essentiellement à l’extension du périmètre du champ de la dette du secteur public aux organismes publics (agences, établissements publics, sociétés nationales)’’.
Elle ajoute que ‘’ce recours à l’endettement fait suite à l’option de l’Etat d’investir dans la phase I du PSE pour assurer des investissements structurants à fort impact sur la croissance, l’emploi et offrir un cadre propice à l’Investissement privé’’.
Selon la note du Trésor, ‘’le ratio de Service de la Dette/ exports atteint 22,7% en 2020 contre un seuil de 21 %. Ce qui montre que la dégradation du profil de viabilité de la dette du Sénégal est temporaire. Un retour à un profil de risque faible est projeté pour 2022’’.
’’Ce caractère temporaire de la dégradation a un impact très limité sur les conditions de financement sur les marchés de capitaux’’, note le document, ajoutant qu’il ‘’est utile de préciser que cette mesure n’entraîne pas de limitation d’endettement, autre que le respect du plafond de financement défini dans la loi de finances’’.
L’accès aux ressources de financement des partenaires classiques du Sénégal ‘’ne seront pas limités’’, assure le Trésor, relevant que ‘’la stratégie d’endettement pour les années à venir mettra l’accent sur le financement par le marché local, le choix de devises stable et/ ou la couverture contre le risque de change conformément à la stratégie d’endettement à moyen terme