Le Sénégal surendetté…ADD a maquillé la vérité

Endettement du Sénégal : Les maquillages de la Direction générale de la Comptabilité publique

La Direction générale de la Comptabilité publique (DGCP) du ministère de l’Economie vient de sortir une note pour annoncer que le niveau de surendettement du Sénégal est passé du risque faible au risque modéré. La DGCP soutient s’appuyer sur la dernière analyse de la dette réalisée par le Fonds monétaire international (FMI) qui avait fait remarquer que « le risque de surendettement est passé d’un risque faible à un risque modéré dans l’ensemble des pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dont le Sénégal est membre.

Justifiant la situation, la DGCP explique que : Les principales raisons sont liées essentiellement à l’extension du périmètre du champ de la dette du secteur public aux organismes publics (agences, établissements publics, sociétés nationales) ». Pour elle : « Ce recours à l’endettement fait suite à l’option de l’Etat d’investir dans la phase I du PSE (Plan Sénégal émergent) pour assurer des investissements structurants à fort impact sur la croissance, l’emploi et offrir un cadre propice à l’investissement privé ». Et de nous sortir : « Le ratio de service de la dette/ exportations atteint 22,7% en 2020 contre un seuil de 21%, ce qui montre que la dégradation du profil de viabilité de la dette du Sénégal est temporaire. Un retour à un profil de risque faible est projeté pour 2022 ».

Loin de la réalité

Bien évidemment, cette note de la DGCP est loin de refléter la réalité du niveau du surendettement du Sénégal. De nombreux économistes, experts comme le Pr Meïssa Babou, avaient pourtant en son temps, tiré la sonnette d’alarme, sur la politique menée par l’Etat du Sénégal pouvant le conduire vers une inflation. La DGCP ne s’appuie que sur un document du FMI qui parle globalement de la dette au sein de l’UEMOA, alors qu’il est certain que pour le cas spécifique du Sénégal, la situation est plus alarmante. Pourquoi la DCMP ne veut pas reconnaître, que le Sénégal, depuis son indépendance emprunte rarement avec ce qu’on appelle des taux concessionnels ? Or chose inédite, pour cette fois, l’Etat du Sénégal est allé jusqu’aux euros-bons avec des trous dépassant 7% sur le marché financier entre 6 et 7%. La réalité est que l’endettement du Sénégal est devenu colossal, l’on peut même dire sauvage, car les techniciens de la DGCP eux-mêmes, sont incapables aujourd’hui de dire exactement le montant de la dette.

Endettement sauvage

Les prix du ciment avaient d’abord subi une hausse, suivis de celui du carburant, aujourd’hui ceux de l’électricité. Ce qui démontre que sans le dire, le Sénégal est dans une phase d’ajustement structurel qui ne dit pas son nom. Ces différentes hausses et d’autres vont suivre, ne visent qu’à faire payer par le contribuable, la dette contractée par l’Etat du Sénégal.

Les institutions de Bretton Woods suivent aujourd’hui de très près la situation du Sénégal, notamment son endettement. Ce qui s’explique, selon l’économiste Meïssa Babou dans une de ses récentes sorties par le fait que : « Cette situation est la conséquence d’un endettement non contrôlé, et qui a abouti sur un surendettement. En dépit des frontières qui étaient tracées à 70%, mais à 60%, le Sénégal ne peut plus rembourser parce qu’on n’a pas de ressources pour rembourser. Donc il faut qu’ils arrêtent leur cinéma ».

Le Président Macky Sall ne maîtrise pas totalement la situation. Certains de ses ministres, à commencer par ceux de l’Economie et du Budget, Amadou Hott, des Finances et du Plan Abdoulaye Diallo lui maquillent la vérité.

La rédaction de Xibaaru