Ultimate magazine theme for WordPress.

Le système éducatif sénégalais, la montée vers l’échafaud (Par Babacar Mbengue)

0

Miné par le virus des grèves cycliques, le système éducatif sénégalais s’affaiblit et devient peu performant de jour en jour. La grève est devenue un hymne qu’il faudra chanter chaque année scolaire avec les mêmes refrains : débrayages, boycottes des cours et évaluations, marches. Et cette chanson  dure depuis des décennies, et elle semble toujours ne pas bercer et calmer  le cœur des prestataires (enseignants) ou  encore   émouvoir le publique (l’Etat).

Des lenteurs administratives, à l’épineuse question de l’équité dans le traitement des indemnités de logement, en passant par la formation des  enseignants et la résorption des abris provisoires, les syndicats d’enseignants restent toujours sur leur faim et font face à un gouvernement méprisant, qui fait la sourde oreille et qui attend toujours la dernière minute pour sauver les meubles. Ainsi, depuis des décennies la ruse du colmatage est employée pour sauver non l’éducation sénégalaise mais des années scolaires. Et l’on se demande jusqu’à quand les enfants, grands perdants de ce traditionnel bras de fer, devront subir les affres d’une guerre dont ils  sont toujours des victimes sans vouloir y être acteurs. Ils n’apprennent rien pendant des mois, mais ils se voient toujours décernés des diplômes à la fin de chaque année scolaire suite au colmatage et au réajustement dans certains programmes. Des examens qui d’ailleurs ne cherchent pas à les évaluer sérieusement mais plutôt à calmer la colère des parents  tout en maquillant l’échec d’un système éducatif qui ne fait plus rêvé. Ils (gouvernants) colmatent et maquillent un système éducatif qui ne forment pas leurs enfants, et par lequel transitent les milliards des bailleurs qui exigent tout de même des résultats. Tant que ces derniers sont contents, tout marche à merveille. Le peuple sénégalais, qui a mandaté son éducation, sa santé au gouvernement est traité avec dédain alors qu’il paie son fonctionnement et le luxe indigne qu’il s’autorise. 

Reconsidérer et revoir le système éducatif sénégalais est une nécessité urgente si nous voulons prétendre à l’émergence,  qui demeure jusque-là une lettre morte. Cette reconsidération devra commencer par revoir le contenu de nos programmes décadents et de nos formations qui  n’installent aucune compétence utilisable dans le marché du travail à l’ère de la globalisation.

Décomplexer le savoir est une urgence et un intrant de développement réel. On aura beau louer le talent littéraire  de Victor .Hugo, ou tomber sous le charme de la belle plume de Baudelaire, mais comme dit le proverbe bouddhiste ‘‘ inutile de réciter des poèmes à celui qui a faim’’, en plus, ce talent littéraire avec des contenus plus utiles se cachent derrière les œuvres de Cheikh Ahmadou Bamba, El Hadji Malick Sy et autres. Se connaître d’abord ou encore s’enraciner avant de s’ouvrir à l’extérieur participerait à lever le voile sur toute forme de complexe aux savoirs étrangers.

Les pays les plus développés ont des ressources humaines de qualité, produites par des systèmes éducatifs performants. Ainsi, le traitement de l’enseignant à  la hauteur de la noblesse de sa mission est un intrant fondamental de développement. On ne peut pas aspirer au progrès sans de bons acteurs, bien traités, bien formés et bien outillés. Le secteur de l’éducation, racine du développement doit être épargné des calculs et jeux politiques cyniques, de l’invasion d’acteurs incompétents ou amateurs. Ainsi seulement pouvons-nous aspirer à devenir un pays émergent au vrai sens du terme.

 

Babacar Justin MBENGUE 

Journaliste et Consultant en Communication et Relation Publique 

laissez un commentaire