Le Tchad va envoyer 1 200 soldats dans la zone des « trois frontières »

Le président tchadien Idriss Déby Itno a annoncé lundi soir l’envoi de 1 200 soldats dans la zone dite des « trois frontières », entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, pour lutter contre les jihadistes. L’annonce a été faite en marge du sommet du G5 Sahel, dans un tweet de la présidence.

Le président dans son discours a lancé un message pressant et urgent à ses pairs présidents pour renforcer davantage la lutte. « J’invite tous les États membres à s’atteler à une autonomisation complète de la force conjointe du G5 Sahel en la dotant de moyens financiers et logistiques propres. Beaucoup d’efforts sont consentis par nos gouvernements pour assurer le retour de l’État et des administrations sur les territoires », plaide le président Tchadien devant ses pairs qu’il invite à faire comme lui en envoyant des hommes. Car selon les statistiques, la barre des deux millions de déplacés a été franchie en janvier.

Toutefois, il ajoute que « la situation socio-économique de nos pays n’est pas très reluisante, c’est pourquoi nous lançons un appel pressant à tous nos partenaires afin de nous apporter les ressources additionnelles qu’ils ont promises pour nous permettre de réaliser nos programmes de développement » en reconnaissant toujours que « la menace terroriste est au-delà du bassin de Lac Tchad et sur l’ensemble de la région sahélo-saharienne. »

Ainsi, le Président du Faso Roch Kaboré et ses pairs devraient créer avec les partenaires du G5 Sahel y compris la CEDEAO et l’UEMOA, une nouvelle dynamique dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.