Les entreprises sénégalaises meurent…La CDE licencie 200 employés

L’entreprise sénégalaise meurt sous Macky

Le Consortium D’Entreprises (CDE) vient de licencier 200 employés pour motif économique car il n’a pas assez de commande. Ce fleuron du BTP sénégalais qui employait jusqu’à 4000 sénégalais ne trouve plus assez de commande dans ce Sénégal émergent avec des taux de croissance de 7% et des chantiers à chaque coin de rue.

CDE a construit la corniche de Dakar avec le tunnel de Soumbedioune, le palais de Justice de Dakar et tant d’autres infrastructures. Son savoir-faire et son expérience sont devenus incontestables.

Seulement dans ce Sénégal de Macky Sall depuis 2012, ce n’est pas facile pour une entreprise sénégalaise d’émerger si les dirigeants ne sont pas proches du régime ou membres du clan.

Pendant ce temps-là :

1) Une entreprise créée en 2016 appartenant à un proche du couple présidentiel collectionne les marchés de la nouvelle ville de Diamniadio, marchés dont le seul qui concerne les VRD est à 140 milliards de FCFA (210 millions d’euros) ;

2) Une entreprise française s’est vue confier le marché des autoponts pour 137 milliards de Fcfa (200 millions d’euros) ;

3) Une autre entreprise française a gagné le marché des 50.000 lampadaires solaires pour 50 milliards de Fcfa (75 millions d’euros), soit un million de Fcfa par lampadaire (1500 euros) ;

4) Une autre entreprise française s’est vue confier la partie la plus rentable de nos autoroutes ;

5) une entreprise chinoise a construit l’autoroute Ila Touba pour 400 milliards de Fcfa (600 millions d’euros)

6) une entreprise créée en 2014 par un mauritanien qui était chef de mission d’une institution internationale au Sénégal, a gagné le marché des sphères ministérielles de Diamniadio pour 50 milliards de Fcfa (75 millions d’euros), ce marché étant son tout premier projet et qu’il a sous-traité aux chinois ;

7) les turcs ont terminé l’aéroport international dont la gestion leur est confiée, ont construit Dakar Arena pour 65 milliards de Fcfa (100 millions d’euros) et vont construire le stade olympique de Diamniadio pour 155 milliards de Fcfa (235 millions d’euros) ;

Les marocains ont obtenu les dernières poches de terrains disponibles au centre-ville pour y construire des immeubles qu’ils vendront aux sénégalais.

La liste n’est pas exhaustive et on peut encore donner une centaine d’autres exemples.

Pour tous ces projets CDE et d’autres entreprises sénégalaises évoluant dans les BTP ont les capacités techniques et financières pour les exécuter. On préfère les donner aux entreprises étrangères et les laisser mourir à petit feu.