Ultimate magazine theme for WordPress.

Macky Sall se prépare à « mater » les opposants rebelles

0

Le reste du mandat du président Macky Sall ne sera pas de tout repos. Le chef de l’Etat devra faire face à une opposition très hostile jusqu’en 2024. Mais avec tous les évènements qui se déroulent depuis le mois de mars, le locataire du Palais semble être déterminé à écraser toute rébellion. Même si son dernier discours semble laisser paraitre de la peur chez lui, il n’en demeure pas moins qu’il cache d’autres tours dans son sac. Et les opposants qui comptent utiliser la rue pour faire partir Macky doivent faire très attention. Le président est déterminé à mater tous les rebelles qui vont essayer de mettre le pays à feu et à sang.

Le président Macky Sall reste dans sa logique de réduire l’opposition à sa plus simple expression. Depuis qu’il a lancé cette expression, en 2015, le chef de l’Etat mène la vie dure à ses opposants. Toutes les personnes qui étaient considérées comme les grands opposants sont désormais devenues des opposants de salon. Leur combat se limite maintenant à des postes sur les réseaux sociaux. Les rares qui n’ont pas été mis au frigo, sont devenus des éléments incontestés du système. Et Idrissa Seck en est l’exemple type. Ceci a pu se faire grâce au génie politique de Macky.

Mais depuis l’annonce de la date des élections de 2022 et 2024, Macky Sall doit faire face à des opposants de type nouveau. Cette nouvelle race d’opposants, plus jeune, est incarné par des têtes de file comme Ousmane Sonko, Bougane Gueye, Barthélemy Dias, Thierno Bocoum et Déthié Fall. Ce nouveau groupe est très hostile face au régime en place. Certains d’entre eux n’hésitent pas à pousser les sénégalais à se rebeller contre les institutions de ce pays. Et le mois de mars le prouve à suffisance. Durant ce mois, de violentes manifestations ont couté la vie à quatorze (14) jeunes qui avaient répondu à l’appel du leader de Pastef.

Depuis ces douloureux évènements, le président de la république a durci le ton. Le chef de l’Etat, qui revenait sur les manifestations, avait tenu un discours ferme. Même si Macky Sall a déploré ce qui s’est passé, il avait mis en garde les auteurs de tels agissements. « Ce qui s’est passé ne se reproduira plus », avait-il déclaré. Et depuis cette déclaration, la deuxième vague peine à voir le jour. Macky a opéré de profonds changements dans la Police et la Gendarmerie pour faire face à tout débordement.

Ces changements se font sentir à chaque fois que des manifestations ont lieu. Comme ce fut le cas lors du 10 novembre passé. Tout le monde pensait qu’un autre mois de mars allait se reproduire. Et pourtant rien de tel ne s’est passé. Les opposants à la tête de ces manifestations se sont vite retrouvés entre les mains des forces de défense et de sécurité.

Donc le message lancé par Macky Sall en France, semble clair pour toute personne qui sait lire entre les lignes. « Je détiens le pouvoir et la force, personne ne peut m’intimider », lançait Macky aux personnes qui l’accusent de s’absenter à chaque fois qu’il y avait des manifestations. Si le chef de l’Etat, qui déclarait que ce qui s’est passé n’allait plus se reproduire, tient un tel discours, les opposants doivent trembler de peur. Car d’ici 2024, toute personne qui tentera de nuire à la stabilité de ce pays, paiera le prix fort.

Les opposants sont tous avertis. Tous les rebelles seront traqués par le régime en place. Macky, un président qu’on ne peut pas intimider, ne va plus tolérer que le désordre se fasse dans nos rues. Le reste du mandat de Macky sera un enfer pour lui mais aussi pour tous ses opposants.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire