Macky–Wade : Après le Khalife des Mourides…l’Internationale libérale en action

Réconciliation Macky Sall – Abdoulaye Wade : L’Internationale libérale en action

Dans son rôle de grand rassembleur, le khalife général des mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a réussi ce que tout le monde croyait impossible au Sénégal. La réconciliation entre le Président de la République, Macky Sall et son prédécesseur Me Abdoulaye Wade. La tension dans les relations entre les deux hommes avait atteint le paroxysme, lorsque le secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (PDS), Me Abdoulaye Wade, de retour au Sénégal, s’en était violemment pris au régime du Président Macky Sall. A travers un discours insurrectionnel, Me Abdoulaye Wade, après avoir dénoncé de nombreux de cas de scandales sous le régime du Président Macky Sall, appelait ses partisans au boycott de l’élection présidentielle et à s’emparer des bulletins de vote pour les brûler. Me Abdoualye Wade avait du mal à digérer que la candidature de son fils Karim Wade soit rejetée par le Conseil constitutionnel. De même qu’il ne pouvait accepter que Karim Wade soit toujours menacé de poursuites judiciaires, s’il rentrait au Sénégal.

Grâce au khalife général des mourides, le climat tendu qui régnait entre le Président Macky Sall et Me Abdoulaye Wade, est aujourd’hui loin derrière nous. La brèche ainsi ouverte par le khalife général des mourides doit pouvoir permettre à d’autres négociateurs qui n’étaient pas parvenus à réconcilier les deux hommes à s’engouffrer dans la brèche. La 203ème rencontre du Comité exécutif de l’Internationale Libérale vient de se tenir à Fès au Maroc, du 22 au 24 novembre. Les délégations de l’Alliance pour la République (APR) et du PDS ont certainement dû capter toutes les attentions à Fès. L’an dernier à Dakar, lors de la rencontre de l’Internationale libérale, le PDS avait préféré opter pour la politique de la chaise vide, afin de mieux vilipender le régime du Président Macky Sall dont le parti, l’APR y prenait part, sur l’affaire Karim Wade. Mais puisqu’il y a en ce moment un air de réconciliation entre le Président Macky Sall et Me Abdoulaye Wade, et que l’Internationale peut à présent profiter de la brèche ouverte par le Khalife général des mourides, pour jouer aux bons offices, le PDS et l’APR peuvent se côtoyer à l’occasion de la rencontre de Fès.

Garantir un avenir radieux au Sénégal

Il nous revient que le parti Rewmi d’Idrissa Seck pourtant d’obédience libérale, avait été écarté de ce conclave du Comité exécutif de l’Internationale Libérale à Fès. Sa présence aurait pu gêner les tractations que l’Internationale Libérale peut à présent mener pour voir l’APR et le PDS se retrouver dans une grande alliance. Le communiqué signé par le PDS, à l’issue du conclave de Fès est très significatif à cet égard. Selon ce communiqué, les délégations des deux partis, conduites d’un côté par le ministre Oumar Youm de l’APR, de l’autre par Tafsir Thioye, secrétaire général adjoint chargé des Affaires internationales et porte-parole du PDS ont demandé à l’Internationale libérale d’accompagner les retrouvailles entre le Président Macky Sall et Me Abdoulaye Wade, qui constituent un moyen de stabiliser le Sénégal et de lui garantir avenir radieux. Voilà qui est clair.

Toujours, selon le communiqué : « Les dirigeants de l’Internationale Libérale par la voix de la présidente Hakima Maïté ont également approuvé et encouragé ces retrouvailles que l’organisation libérale souhaitait de toutes ses forces ». C’est dire qu’on peut s’attendre dans les prochaines semaines à des mesures qui pourraient être spectaculaires pour sceller les retrouvailles entre les deux formations.

Thiémokho BORE