Ohhh ! Sonko fuit devant le procureur…il n’a rien déposé

Plaintes contre Mamour Diallo et la Commission d’enquête parlementaire : Sonko encore dans la manipulation.

C’est en très grandes pompes, la semaine dernière que Ousmane Sonko, le leader du Pastef – Les patriotes avait annoncé la semaine dernière, le dépôt de deux plaintes. L’une contre l’ancien Directeur des Domaines, Mamour Diallo, l’autre contre les membres de Commission d’enquête parlementaire sur l’affaire des 94 milliards de FCFA du Titre foncier 1451/R.

Depuis, Ousmane Sonko tarde à déposer les deux plaintes annoncées. Ousmane Sonko a l’habitude d’annonces spectaculaires le plus souvent suivies de sans effets. Le professeur de Droit pénal à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), Ousseynou Samba et l’ancien parlementaire Alioune Souaré interrogés par le quotidien L’Observateur, expliquent pourquoi les deux plaintes du leader du Pastef – Les patriotes ne peuvent prospérer. Sans doute, Sonko a-t-il été informé par ses avocats que ses deux plaintes n’auraient aucune chance d’aboutir, qu’il préfère raser les murs et observer le silence. Les tentatives du quotidien L’Observateur pour le joindre afin qu’il se prononce sur cette donne, sont restées vaines.

Le professeur de Droit pénal, Ousseynou Samba explique concernant la plainte annoncée de Sonko contre Mamour Diallo, l’ancien Directeur des Domaines sur l’affaire des 94 milliards de FCFA du Titre foncier 1451/R, ne peut aboutir. « Dans cette affaire, Ousmane Sonko ne peut se constituer partie civile. Pour se constituer partie civile, comme le dit l’article 2 du Code de procédure pénale, c’est une affaire qui appartient à tous ceux qui ont personnellement souffert d’un dommage causé par une infraction. Cela voudrait dire que pour pouvoir se constituer partie civile, il faut d’abord subir un préjudice. Et que le préjudice doit être un préjudice personnel, et ensuite le préjudice doit tirer sa source directement de l’infraction visée. Et quand il s’agit de l’action publique, c’est-à-dire l’action pour l’application d’une peine d’emprisonnement, elle n’appartient qu’au Procureur de la République. Donc, les particuliers qui veulent porter plainte ne peuvent le faire qu’en se constituant partie civile. Mais, la condition première pour se constituer partie civile, c’est d’invoquer un préjudice qu’on a subi personnellement du fait de l’infraction causée par la personne que l’on poursuit. »

Pour ce qui est de la plainte annoncée contre les membres de la Commission d’enquête parlementaire, l’ancien député Alioune Souaré évoque : « Cette plainte ne peut aboutir parce qu’ils (les députés visés) sont couverts par l’immunité parlementaire. Aucun député ne peut être poursuivi pour une opinion. On n’a jamais poursuivi parce qu’au cours du débat parlementaire ou dans l’exercice de ses fonctions, il a donné son opinion. Cette plainte est donc destinée à la consommation du public ».

Si, à la consommation du public. Comme sait le faire à merveille Ousmane Sonko, grand manipulateur devant l’Eternel. Ousmane Sonko ne peut tout de même, à son niveau déclarer qu’il ignorait que ses deux plaintes subiraient le sort indiqué par le professeur de Droit Ousseynou Samba et l’ancien député Alioune Souaré. Opportunisme, quand tu nous tiens !

Thiémokho BORE