Ultimate magazine theme for WordPress.

Oumar Sall appelle à sauver l’école sénégalaise du naufrage

0

L’école sénégalaise en naufrage

L’école est le lieu par excellence où est formée l’élite de demain. Elle doit donc assurer un enseignement de qualité aux élèves et les mettre dans les meilleures conditions leurs permettant d’acquérir des connaissances..

La profession d’enseignant est donc noble , puisqu’elle a la charge de transmettre le savoir aux futurs cadres et fonctionnaires de la nation.

Le choix des individus qui doivent excercer dans ce corps dit « émergent » doit être méticuleux si l’on aspire à une éducation de qualité.

Or en analysant le paysage éducatif sénégalais on constate qu’il s’effrite au fil des ans.

_*Quand la politique accélère la dégradation du système éducatif.*_

Au lendemain des échauffourées du 15 mars avec son cortège de morts et de blessés qui a rendu chaotique la gestion de l’avenir de la jeunesse , le gouvernement de Macky Sall déroule un plan machiavélique qui vise à masquer son reniement et sa faillite.

Profitant d’un temps d’accalmie le chef de l’État annonce à la veille de la fête de l’indépendance ,un recrutement de 65000 jeunes dans la fonction publique .

À cette occasion ,il avait soutenu qu’un quota spécial sera réservé au recrutement de 5000 enseignants pour le préscolaire,le moyen et le secondaire y compris les daaras modernes et l’enseignement arabe. Dès l’annonce du recrutement ,le ministère de l’éducation à travers son secrétariat général avait défini les critères de sélection des candidats.

La priorité était réservée aux titulaires de diplômes professionnels.

Suivie de ceux qui ont acquis de l’expérience dans l’enseignement privé et dans les classes passerelles.

– Des étudiants qui ont déjà suivi une formation à la Fastef ou qui sont déjà en position d’stage. Et enfin ceux qui ont des diplômes académiques.

_. *L’Etat entre dérapages et abjurations*_.

Après l’ouverture de la plateforme de recrutement qui a enregistré 152000 inscrits sur 5000 qui doivent être pré-sélectionnés; le gouvernement sous la houlette du ministre de la jeunesse et de l’emploi se dépêche d’organiser une conférence de presse pour jurer devant le peuple que le recrutement se déroulera dans la plus grande transparence sans couleur politique religieuse ou ethnique.

Ils avaient insisté devant les journalistes que les autorités administratives ( préfets et gouverneurs) veilleront scrupuleusement à l’application des mesures édictées.

Comble du paradoxe!

L’école publique sénégalaise a certes connu cette année l’une des pages les plus sombres de son histoire.

En observant le processus , de la pré-sélection au test d’admission ,on dénote des contrevérités orchestrées au sommet de l’Etat qui sonnent comme un aveu de taille.

En lieu et place de recrutement de jeunes aptes et compétents nous avons eu droit à un partage de gâteau entre aperistes.

Suite à cette mascarade qui a pour but de soulager les consciences d’une classe politique dont l’échec du pouvoir semble tourmenter , nous donnons raison à Montesquieu à travers sa pensée.

_*La plus cruelle des tyrannies est celle que l’on exerce sous l’ombre des lois avec les couleurs de la justice.*_

Comme l’a courageusement dénoncé Dame Mbodj secrétaire général du Cuseums , les fossoyeurs de l’éducation sont tombés dans leur propre piège.

A Mbacke l’un d’eux a été démasqué par la magie des réseaux sociaux quand il félicitait dans une bande sonore le directeur général Gallo Ba d’avoir enrôlé beaucoup de jeunes ressortissants de sa localité.

Dans la région de Saint Louis l’appartenance politique a remporté la palme sous l’influence du ministre Cheikh Oumar Hann.

Pour un quota de 366 enseignants ,la seule ville de Ndioum a raflé 79 recrus Podor 72 et les 215 restants sont éparpillés entre les différentes localités de la région.

En plus d’avoir procéder à un recrutement par complaisance, ils ont violé les critères de sélection, faussant du coup l’équité ,le mérite et l’excellence.

Des jeunes de la clientèle politique qui n’ont pas le diplôme académique requis et d’autres qui ont dépassé la limite d’âge ont été recruté dans la plus grande opacité.

Au détriment de jeunes aptes et compétents titulaires de CAP ,CAE CAES CAPEPS…

Et d’autres qui ont plusieurs années d’expérience dans les écoles privées ou dans les classes passerelles ont été laissé en rade.

La volonté mise à maquiller la vérité est ahurissante !

Le mode opératoire consistait à masquer les colonnes où sont mentionnés l’âge et le diplôme obtenu des candidats déclarés admis.

L’autorité vient d’inoculer un poison dangereux dans le corps de l’école sénégalaise qui tue banalise et décrédibilise la qualité de l’enseignement publique.

Les élites au pouvoir ne semblent guère mesurer l’ampleur du fléau ni celle de son impact catastrophique sur le fonctionnement du système éducatif.

Des responsables de classes syndicales comme le Sadefs et le Cuseums dirigés par des Sénégalais incorruptibles comme Dame Mbodj sont déterminés à battre le macadam pour faire cesser ces pratiques.

Tous les victimes de ce système de vampire qui suce perpétuellement le sang des opprimés.

Tous ceux qui sont soucieux du bon devenir de l’éducation de nos enfants doivent se joindre à leur combat pour sortir l’école sénégalaise de l’auberge.

OUMAR SALL

Écrivain

laissez un commentaire