Ousmane Sonko…l’homme qui voit partout la catastrophe au Sénégal

On n’en terminera jamais lorsqu’il faudra parler de l’inénarrable Ousmane Sonko. Voilà un gus qui se sent comme dopé depuis qu’il est sorti troisième lors de la dernière élection présidentielle. Voilà une place acquise que par défaut, mais que peut s’enorgueillir partout Ousmane Sonko. Mais oui, comme Sadio Mané, El Hadj Ousseynou Diouf, dieux du ballon rond au Sénégal, Ousmane Sonko s’est transformé en star au Sénégal.

En matière politique, Ousmane Sonko est devenu un véritable donneur de leçons au Sénégal. Que l’on soit du côté du pouvoir ou de l’opposition, l’on peut se voir taxer de tous les maux de sa part lorsqu’on n’est pas aligné derrière ses idées. « Nit bi fu mu toth ? » (Là où il a marqué les esprits ?).  Ousmane Sonko se fend de tout cela. Voilà qu’il indique au cours d’une interview accordée au journal espagnol El Pais, que si la dernière élection présidentielle sénégalaise de février 2019 s’était passée en toute transparence, il aurait acquis un score allant de 25 à 30%. Non, voilà que, Ousmane Sonko peut faire rire les Sénégalais ! A-t-il idée que jamais il aurait acquis un score de 0,5% si les candidatures de Khalifa Sall, Karim Wade et d’autres leaders politiques avaient été validées.

Rien qu’à suivre Ousmane Sonko dans son raisonnement, le Sénégal se trouve en feu et flammes. Pour lui, le Sénégal se trouve au bord de l’implosion. Le bon Dieu nous préservera d’une telle catastrophe. Mais pour Ousmane Sonko, dans tous les secteurs, c’est la déliquescence. Mais ce qui frappe dans le discours de Ousmane Sonko, c’est l’incohérence, ce qui marque son infantilisme politique.

Tantôt c’est blanc, tantôt c’est bleu. Ousmane Sonko peut ne pas voir l’intérêt de s’engager dans un dialogue national, car cela ne peut se faire que lorsque le pays court après une guerre civile ou n’est frappé d’un grave danger. Bon Dieu ! Pourquoi alors déclarer que : « ce pays est au bord de l’implosion et le gouvernement est orienté vers des investissements non prioritaires, comme un train de 38 kilomètres ou une frénésie routière, alors qu’il n’y a pas d’emploi, la pauvreté est endémique et l’agriculture, l’élevage et la pêche sont coulés. Voilà le danger » dixit Sonko.

La rédaction de Xibaaru