Ultimate magazine theme for WordPress.

Ousmane Sonko prend la place de Macky…avant 2024

0

L’élection présidentielle de 2024 ne sera pas de tout repos pour le président Macky Sall. Le chef de l’Etat fera face à un opposant qui ne ménagera aucun effort pour le remplacer. Ousmane Sonko qui est obsédé par le fauteuil présidentiel fera tout pour un jour occuper cette place. Le leader du parti des patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) montre à qui veut le voir qu’il veut la place du commandant en chef. Le candidat arrivé troisième à la dernière présidentielle se comporte déjà comme un président élu.

Le fauteuil présidentiel fait rêver Ousmane Sonko. L’opposant accusé de viols répétés présumés par la masseuse Adji Sarr, jalouse Macky Sall. Il ne se passe plus un seul jour sans que le leader du parti de Pastef ne fasse du copier-coller sur son éternel rival. Sonko, voilà un homme qui à chaque fois que Macky doit s’adresser ou faire des sorties médiatiques, il essaie de le contrecarrer. Depuis les évènements du mois de mars, le leader de Pastef se radicalise davantage. Ses discours sont de plus en plus dignes d’un Président de la République.

Le dernier acte posé par Ousmane Sonko allant dans ce sens date de ce mercredi. Poursuivi pour viols présumés, il a été placé sous contrôle judiciaire, et donc interdit de quitter le territoire sénégalais alors qu’il devait se rendre à Lomé pour prendre part à un colloque sur l’Eco, la future monnaie censée remplacer franc CFA. Mais le leader de Pastef-Les Patriotes a trouvé le moyen de détourner le « piège » de la justice sénégalaise par la magie des nouvelles technologies et de l’information pour prendre part à cette rencontre africaine.

Ousmane Sonko qui vit dans la peau d’un Président a littéralement pris la place de Macky Sall dans ce conclave. L’opposant radical s’est affiché face au monde dans son bureau sur mesure au style « Maison blanche », avec un drapeau sénégalais et celui de la communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Une manière de se mettre dans la peau d’un président de la République, dans son costume bleu de nuit. Décidément notre Sonko national est vraiment hanté par le fauteuil présidentiel.

Même s’il lorgne le fauteuil de Macky Sall, Ousmane Sonko ne devrait pas danser plus vite que la musique. On ne s’autoproclame pas Président. Ce sont les citoyens sénégalais qui, à travers des élections démocratiques, élisent la personne qui va gouverner. Et non le contraire. On ne peut pas être plus royalistes que le roi et le bourreau présumé de Adji Sarr devrait le savoir.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Laisser un commentaire