Ultimate magazine theme for WordPress.

Pape Sarr cogne sur les personnes qui vivent sur le dos des sénégalais de la diaspora

Pape Sarr
0

La diaspora sénégalaise a bon dos, mais franchement elle en a marre

Décidément ça ne coûte pas très cher de dire n’importe quoi sur le dos de la diaspora. De fait n’importe qui s’arroge le droit de créer tout seul, n’importe quoi au nom de cette diaspora. Certain oisifs errants cravatés se sont même permis d’affirmer que nous sommes ancrés dans l’opposition par exemple. C’est le cas d’un épiphénomène comme Monsieur Horizon sans frontière qui vient de lancer son « Tabaxaate Sénégal ak wa diaspora ».

Une belle trouvaille tout de même, qui aurait pu inspirer s’il n’y avait pas ajouté pour être dans l’air du temps qu’il est bien ancré dans la Diaspora dont il défend les valeurs. Ce mec vit en principe en Espagne dont il est fier d’exhiber la nationalité pour dire à qui le veut qu’il est européen dès que c’est chaud pour lui. Jamais il ne pourra démontrer que sa boutique HSF qui fait le pied de grue dans nos médias sénégalais compte 10 sénégalais d’Espagne. Il en est l’alpha et l’oméga, comme Aline TINE pour Gnakk Djom Center, ou encore Momar Ndao pour Ascosen. Ils sont juste inamovibles, car la structure en vérité leur appartient. Pourtant, ils passent le plus clair de leur temps à critiquer notre démocratie.

En comparaison on peut dire djokondjal à Assane Diomi le défenseur des causes perdues, lui au moins a frissonné au moment de l’Assemblée Générale de la LSDH, il s’est tout à coup rendu compte que la démocratie ne s’exerce pas que dans la politique, et a rendu le tablier de sa présidence qui durait depuis 2010. Pour en revenir aux fossoyeurs des initiatives de la diaspora ou à ces gens qui veulent en faire leur filière, je dois dire que curieusement, s’il vous arrive de croiser le Boubacar de HSF dans un séminaire, ou n’importe quel fora ou il y’a des organisations de sénégalais de l’extérieur, il fait vite de se démarquer en disant que ce qui l’intéresse c’est la migration de manière générale et pas les Sénégalais de l’extérieur.

« Eup bakhna ci lakh bou tang » disent les wolof ; Oh que c’est vrai !, refroidir une bouillie chaude avant de s’arracher la langue de chaleur assassine permet de se remplir la panse sans recourir à des pansements buccaux. Oui quand on a une bouche écorchée on l’a surveille sinon elle vous mène à l’hôtel zéro étoile pour mensonge insensé et diffusion de fausses informations susceptibles de nuire au vivre ensemble. La Diaspora souffre plus de ceux qui la prennent pour filière et qui cherchent partout des boucs émissaires. Ils accusent tout le monde de politique, inventent des scandales pour anéantir les efforts des gens, et ce sont ces mêmes personnes qui ne se privent pas d’essayer de soutirer les suffrages des citoyens de l’étranger.

Moi je souhaite rentrer au Sénégal pour de bon désormais et à partir du moment où il peut m’arriver de rester au Sénégal plus longtemps qu’à l’étranger je dois chercher à m’inscrire sur la liste des émigrés de retour au Sénégal. Est valablement sénégalais de la diaspora celui qui y vit, y réside au moins 6 mois dans l’année. Ceux qui font le pari de rentrer au Sénégal, ce qui est très louable et reste à n’en pas douter l’ambition de chaque sénégalais de l’extérieur dans les conditions normales, doivent laisser les sénégalais vivant hors du Sénégal, s’occuper de leurs affaires. Il peut y avoir des représentations au Sénégal qui défendent la diaspora et elles doivent être tenues par des sénégalais de l’extérieur de retour ou des représentants d’organisations sérieuses de la diaspora, mandatés pour cela.

La Diaspora n’est pas une filière, encore moins un marché pour que ces opportunistes comme Monsieur Diaspora 24, devenu Maestro Africa 7 TV, menteur à souhait et bluffeur hautain, se permettent de solliciter nos suffrages. Il est préférable de souffrir encore toute une législature, des singeries d’une Diarra mal famée qui confond toute instance sérieuse à une scène de théâtre. La FSD accompagnera les joutes à venir en conseillant au mieux ceux qui voudront bien accueillir notre formidable cahier des charges à destination des députés de la diaspora que nous avons contribué à faire exister.

Ce cahier des charges hérité des Sénégalais d’Espagne réunis autour de la CASC, a bien été remis aux députés de la Diaspora lors du Congrès de la FSD à Nantes en 2018, mais il n’aura pas servi ces députés sortant, les premiers du genre, qui vont malheureusement nous revenir du mandat de la 13ème législature, sans même avoir encore compris pourquoi ils y étaient. C’est peut être cela la rançon des députés de partis politiques qui ne seront jamais que des béni-oui-oui, incapables de remplir cette mission clairement définie par la constitution, qui parle de députés de la Diaspora dédiés à la Diaspora.

En clarifiant et en définissant ainsi ces députés que nous avons souhaités de nos vœux et que nous avons traduit par notre pétition de la FSD de Mai 2015, le législateur a cette fois défini le peuple de la diaspora comme seul maître d’ouvrage, assignant aux 15 députés issus de nos 8 départements de la 15eme région, le rôle de Maître d’œuvre. Le résultat laisse à désirer, le bilan est vierge de réalisation et l’heure est venue de les remplacer mais pas à n’importe quel prix. Ce « dorkat » éhonté d’Africa 7 TV tout comme ce primo politicien dont l’horizon s’assombrit de jour en jour ne feront pas légion et ne nous représenteront pas. Ou la machine politique continuera de nous broyer pour nous imposer des députés dont nous n’avons pas que faire à cause de notre incapacité à nous unir, ou le sursaut de citoyenneté l’emportera et nous élirons des députés vrais, citoyens engagés pour la diaspora et représentatifs dans leurs localités avant d’être légitimes. On en trouve dans tous les 72 comités régionaux de la FSD.

Nous sommes qu’on le veuille ou non, la seule fédération qui marche vraiment avec une véritable légitimité, des processus démocratiques, et qui a vu naître de ses flancs toutes les autres organisations dont les membres sont tous des fondateurs, mécontents ou frustrés, qui ne se sentent bien que quand ils dirigent leur propre organisation. L’acariâtrie et les désaccords récurrents de gens comme Ben le « marocain enfarineur» de Paris, sont des constituants normaux de nos associations, mais ils ne doivent en aucun cas se fâcher avec la démocratie de nos organisations.

Le Sénégal ne respectera sa diaspora, qui le nourrit en grande partie, que quand nous serons capables de nous accorder sur les choses essentielles, et de circonscrire nos actions et notre voix de manière à mettre hors circuit tous les « dorkats » qui ne sont élus par aucune instance sérieuse, personne dans cette Diaspora ne leur a donné mandat pour parler en notre nom. Le modus operandi pour arriver à leur fins est de diaboliser d’abord tous les esprits brillants et tous les courageux susceptibles de leur faire de l’ombre. Ces personnes ne sont ni honnêtes ni capables. Place à des gens sérieux et sains. Ça suffit maintenant, la Diaspora en a plus que marre !

 

Pape SARR

Duc de Diapal

Président de la FSD

Internationale et du

 Comité Régional France

laissez un commentaire