Ultimate magazine theme for WordPress.

« Monsieur le président, la carte du mal serait de briguer un 3ème mandat »

Les libéraux déclarent que la candidature de Macky est irrecevable en 2024
0

Lettre Ouverte au Président de la République, Monsieur Macky Sall.

Par Dr. Moustapha Fall

Cher Président de la République du Sénégal, Monsieur Macky Sall !

En ma qualité de simple citoyen, loin de la politique et des arcanes du pouvoir étatique, je tiens à reprendre la plume en ce dimanche 3 juillet 2022 pour vous adresser ce message épistolaire dans l’espoir que vous allez le lire.

-Monsieur Le Président de la République !

Dans une contribution qui s’intitule « l’autopsie d’un « vote ethnique » au sortir de la Présidentielle 2019 » du 7 mars dans les colonnes de Seneweb, reprise par plusieurs organes de la presse sénégalaise, je tissais vos lauriers de jeune président, de bâtisseur de la nation, de rassembleur, et que sais-je encore !

Du 7 mars 2019 au 26 juin 2022, quatre bonnes années et poussière se sont déjà écoulés et au cours desquelles vous avez certes entamé et fini pas mal de projets phare notamment le TER, l’arène nationale, les autoroutes, les hôpitaux dont celui de Touba.

-Monsieur le Président de la République !

À l’instar de vos prédécesseurs, vous avez grandement contribué à la construction d’un État au sens politique et organisationnel du terme, mais vous avez aussi contribué à la destruction d’une Nation pour avoir échoué à recadrer les sorties médiatiques de certains de vos ministres et des partisans qui enfourchent le cheval de bataille de replis identitaires et tiennent des discours dangereux sur certains plateaux de télévision sénégalaise.

-Monsieur le Président de la République !

Ces ministres et partisans qui, sous le couvert du manteau de l’APR, envahissent les plateaux de télévision, tiennent des discours qui ethnicisent le débat politique au Sénégal sont vos ennemis, par ricochet, les ennemis de la République. Ils naviguent à contre-courant des idéologiques qui fondent la République sénégalaise : Un Peuple, Un But, Une Foi

-Monsieur le Président de la République !

Nous tenons simplement à vous faire prendre conscience que ces personnes vous sont très proches par le verbe certes, mais elles vous sont aussi très loin par le cœur. Autrement, l’extravagance verbale trahit la légèreté du discours axé sur des considérations ethnique, identitaire et à la limite géographique.

-Monsieur le Président de la République !

« L’ethnicisation » du discours politique sur les plateaux de télévision est un précédent dangereux pour toute République pour ne pas dire un terreau fertile pour toute violence. Elle a enflammé la Bosnie Herzégovine et plongé le Rwanda dans un génocide qui a réclamé un million de morts. Nul historien, politologue et/ou sociologue digne de ce nom n’ignorent pas que les germes de violence ont à la rwandaise sont déjà présents dans notre société.

-Monsieur Le Président de la République !

Ne savez-vous pas aussi que la restriction des libertés individuelles de mouvement et de culte est une étincelle dangereuse qui peut enflammer le pays. Or, si le citoyen sénégalais ne peut plus jouir de sa liberté de mouvement, de culte et de rassemblement pour exprimer son état d’insatisfaction ;

-Si le citoyen sénégalais n’est plus libre d’émettre son avis sur quoique ce soit sur la bonne marche du pays au risque d’être jeté dans les geôles de Reubeuss ;

-Si le citoyen sénégalais semble être suivi et poursuivi pour terrorisme sur fond de dossier politique, de règlement de compte ;

-Si le citoyen sénégalais se sent meurtri dans sa chair et dans son esprit pour avoir osé penser autrement ;

-Si le citoyen sénégalais chôme après tant d’années d’études universitaires et se voit souvent refuser un boulot auquel il/elle a droit mais n’ayant pas de « de béquille sociale » ;

-Si le citoyen sénégalais peine à nourrir ses enfants, et avoir accès à l’eau potable, à l’électricité en quantité et en qualité suffisantes ;

-Si le citoyen sénégalais se voit lésé par un gouvernement qui est de concert et /ou de complexité avec des chefs religieux pour manipuler, faire avancer des projets politiques très lucratifs dont les pauvres sénégalais n’en bénéficient pas ;

-Si le citoyen sénégalais voit que les retombées de son impôt sont souvent détournées pour financer des campagnes politiques législatives et électorales ;

-Si le citoyen sénégalais ne sent plus en sécurité dans sa maison, dans son bureau, dans sa voiture ;

-Si enfin le citoyen sénégalais prend sa propre sécurité en main et établit sa propre loi dans son quartier, dans sa ville ;

-Si le simple citoyen sénégalais sent que la justice de son pays a doub ;e visages ; donc l’heure est très grave.

Monsieur Le Président de la République !

Vous avez deux cartes entre vos mains, celle du Bien et celle du Mal.

Jouez la carte du bien équivaudrait à renoncer à toute idée de briguer un troisième mandat.

Jouez la carte du mal équivaudrait à entretenir le flou sur l’échéance électorale de 2024 et pousser un agenda de briguer un troisième mandat.

-Monsieur Le Président de la République !

Les carottes ne sont pas encore cuites et les dés ne sont pas encore jetés, vous avez toujours le temps de sortir par la grande porte et jouer la carte du Bien avec tout ce bel exemple que les annales de l’histoire du Sénégal retiendront de vos belles réalisations étatiques.

La morale de Saint-Exupéry dans Pilote de guerre « chacun est responsable de tous » nous rappelle que vous êtes le seul capitane de cette belle Pirogue (Sunu-Gaal) et vous avez la lourde responsabilité de la mener à mon port. Certes l’atmosphère d’électorale sénégalaise sur fonds de tensions politiques et de péripéties d’un monde qui craque à tout bout de champ va certainement pousser cette pirogue à naviguer encore dans des zones beaucoup plus troublantes de manifestations, de revendications politiques ; mais faites beaucoup attention que notre chère Pirogue ne chavire pas dans les contrecoups de l’illusion du pouvoir avec son lot d’arrogance, d’entêtement qui ont fait périr pas mal de Chef d’Etats dans l’histoire de l’humanité.

-Monsieur Le Président de la République !

C’est pour éviter ce bégaiement de l’histoire que je vous tends le miroir de l’époque romaine avec toute sa puissance et ses tristement célèbres leaders qui ont fini par tomber dans la disgrâce et écrasés par la roue de l’histoire.

Monsieur Le Président de la République !

Je ne saurais vous comparer à ces tyrans et sanguinaires de différente époque et de différente culture, mais je ne saurais ne pas aussi déroger à la règle du politiquement correct pour vous conseiller de réfléchir sur leurs destins et de bien écouter, dans le confort de votre salon, les propos ȏ-combien subversifs de cet esclave à l’époque romaine qui répétait sans cesse à un général lors d’un retour triomphal dans la ville après une série de victoires :

« Hominem te esse », « Tu n’es qu’un homme », ou « Memento mori », « N’oublie pas que tu es mortel ». Il ne faut jamais se griser soi-même des victoires que nous remportons car tout cela sera bref et petit à l’échelle du vaste monde dans lequel nous ne sommes qu’un maillon. Nous ne pouvons rien faire de grand sans nous remettre en permanence dans l’état de conscience de l’insignifiance de notre condition » (Haget 2005.p.37).

-Monsieur le Président de la République !

Au soir de votre réélection en 2019, je vous avais dit de ne jamais oublier ces propos de cet esclave face à son général. Or dans notre contexte sénégalais, cet esclave semble bien être le simple citoyen et le général semble être vous-même. Je vous dis donc que le vrai combat pour vous, c’est le combat pour la vérité, et le seul bon, le seul grand, le seul éternel.

Vive la République du Sénégal !

Dr. Moustapha Fall

laissez un commentaire