Ultimate magazine theme for WordPress.

Révélations sur Sonko : « un immeuble à 100 millions et…un faux Ibadou aux faiblesses sexuelles »

Ousmane Sonko, un Ibadou aux richesses douteuses et pulsions insatiables
0

Mamadou Biguine Gueye est journaliste consultant en communication connu pour ses diatribes contre Guy Marius Sagna de de FRAPP (Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine) et Ousmane Sonko, leader du parti les Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef). Et fidèle à sa plume, notre confrère vient de faire des révélations sur les forces et faiblesses du leader du Pastef…de ses forces il révèle sa richesse aux origines douteuses. Et de ses faiblesses, il évoque les pulsions sexuelles de l’hommes politique.

Pour Biguine Gueye, « Ousmane Sonko leader du Pastef possède un immeuble d’une valeur de 100 millions au moins ». Et il ajoute que Sonko « simple fonctionnaire. Possède de nombreuses maisons et terrains entre Dakar et Thiès ». « Radié de la fonction publique et aujourd’hui député simple, allez faire un tour dans son parc automobile et regardez les grosses cylindrées qu’il conduit » ajoute-t-il…dans un « j’accuse » violent dont l’intégralité du texte est livrée ci-dessous.

Du discours belliqueux et violent de Sonko !…Par Mamadou Biguine Gueye

Accusé de viols par une pauvre paysanne venue de son village pour travailler dans un salon de massage de la capitale afin de joindre les deux bouts et d’aider ses parents, Ousmane Sonko se démerde vaille que vaille pour transposer l’histoire de la plainte qui plane qui l’accable, en une affaire de complot d’État. L’homme devient vraiment pathétique. Conscient de s’être intéressé à l’interdit concernant le côté intime de cette fille, ce faux « Ibadou » aux faiblesses sexuelles manifestes joue avec l’intelligence des Sénégalais. Mais s’il demeure courageux et conséquent, il est tenu de se conformer aux lois et règlements en vigueur chez nous.

En effet, l’histoire a montré que quiconque a eu mailles à partir avec la justice dans ce pays, quel que soit son rang social ou son titre, a de tout temps, par dignité, accepté d’aller laver son honneur. Volontiers ! Nous pensons à Idrissa Seck, Khalifa Sall, Tahibou Ndiaye le boss de Sonko… Ousmane lui, refuse de faire face à Adji Sarr qu’il connait très bien, à l’occasion d’un procès tant attendu. Force doit rester à la loi. Il faut que justice soit rendue dans cette histoire. S’il gagne le procès, ce sera tout à son profit. S’il le perd, qu’il purge sa peine pour se refaire une nouvelle santé politique en soignant son comportement. Imaginons un peu que cette affaire Sonko-Adji Sarr n’aille pas jusqu’à son terme. Tous les fondamentaux de l’État de droit s’écrouleront. Et bonjour l’anarchie. C’est une fuite en avant de la part du chef de file de Pastef que de rendre son discours si incendiaire ces derniers temps.

Quoi qu’il en soit, nous n’avons pas besoin au Sénégal, de ce discours violent que l’ex inspecteur des impôts devenu politicien adopte depuis l’éclatement de ce qu’il est convenu d’appeler le « Sweet Beauté Gate ». Dans ses diatribes Il ne respecte aucun guide religieux de ce pays. Il n’accorde aucun crédit à nos institutions et il désire un jour gouverner le Sénégal. C’est extrêmement grave. Sonko a le droit de s’opposer, radicalement. Mais son discours est enfantin et belliqueux. Cet homme est un catastrophiste. Il faut qu’on s’arrête un peu autour du cas de ce compatriote.

Pour analyser froidement, sans parti pris, ses prises de parole et ses actes dans l’espace public. Cet ex protégé de Tahibou Ndiaye, venu en politique du temps des déboires de son patron d’ex DG du cadastre « détourneur » de deniers publics, n’est ni plus ni moins que l’un des politiciens les plus véreux que notre Nation ait connu. Ironie du sort, il crie sur tous les toits qu’il incarne la rupture et l’anti système. Il raconte des balivernes ! Parce qu’il détient un patrimoine dont il est incapable de prouver l’origine licite.

Sonko détient entre autres richesses, un immeuble d’une valeur de 100 millions au moins. En ce temps, il n’était que simple fonctionnaire. Plus que cet immeuble il détient d’autres biens. Où est-ce qu’il a pu brasser tout l’argent qui lui a permis d’avoir ses nombreuses maisons et terrains entre Dakar et Thiès ? Radié de la fonction publique et aujourd’hui député simple, allez faire un tour dans son parc automobile et regardez les grosses cylindrées qu’il conduit. Il les a eues où? C’est cet individu qui se dit incapable de se payer une séance de massage chez les professionnels de la kinésithérapie. Il préfère les salons de quartiers, les salons de fortune, les salons « Ndiogane ». Voilà donc ce qui l’a rendu plus célèbre que jamais.

Personne ne connaissait Sonko entre 2010 et 2011 lorsque tout un peuple se battait pour un changement positif dans la conduite des affaires de notre pays. Il se la coulait douce sous l’aile protectrice de son mentor Tahibou Ndiaye. Alors, qu’il arrête son show et qu’il aille répondre à la justice pour se confronter à son accusatrice, cette petite fille qu’il allait trouver à Sweet Beauté de son propre gré, encagoulé en période d’état d’urgence assorti d’un couvre-feu. A partir de l’éclatement de son jeu dangereux, l’homme aux solutions cristallise toutes les surprises surtout de ses militants et sympathisants.

Le chef de file de Pastef doit cesser d’attiser le feu. Des années 50 à nos jours le Sénégal a connu toutes formes de divergences, de contradictions. Mais jamais le discours n’y a été aussi périlleux dans le contenu depuis l’avènement de ce singulier nain politique Ousmane Sonko. On ne joue pas avec la cohésion nationale. On ne vendange pas la souveraineté d’un État.

Ousmane Sonko doit revoir son langage, sa copie, pour son intérêt propre et pour celui de ses partisans qui ont le droit de s’opposer mais avec élégance tel que le faisaient nos valeureux anciens, ces précurseurs qui lui ont balisé la voix pour qu’aujourd’hui il puisse s’exprimer librement et se déplacer librement dans son pays. Sonko, c’est surtout le discours qui est scandaleux.

Enfin, Bassirou Diomaye Faye, Birame Souleye Diop, Amadou Ba du Pastef…chers amis, veuillez recadrer votre patron ou lui organiser un « Ndeup » avant qu’il ne torpille ce qu’il vous reste de chances si vous souhaitez rester encore debout dans l’arène politique. Si vous ne l’arrêtez pas, le peuple souverain et consciencieux va l’arrêter afin de le mettre hors d’état de nuire s’il n’arrête pas son discours va-t’en guerre de ces derniers temps ! Nous sommes un pays de paix ! Nous voulons la paix pour notre génération et les générations futures !

Mamadou Biguine Gueye

Journaliste consultant en communication.

laissez un commentaire