Sa belle-mère le torture à mort sous les yeux de son père

Prisonnier de sa belle-mère pendant le covid, Emrik, 9 ans, meurt torturé

Un petit garçon de 9 ans a perdu la vie après avoir été victime de la violence de sa belle-mère et de l’inaction de son père pour l’aide.

Emrik Osuna est mort mardi soir dans l’appartement familial de Meridian, dans l’Idaho, aux Etats-Unis. Le petit garçon de 9 ans était victime depuis longtemps des abus de sa belle-mère, a indiqué la procureure citée par la chaîne de télé KTVB. Jeudi, cette dernière a expliqué que le corps de l’enfant était couvert de bleus à cause de la «torture horrible» infligée par sa belle-mère. Lorsque les secours sont arrivés sur place mardi, son cœur ne battait déjà plus et les soignants n’ont pu le réanimer.

En plus des coups qu’il recevait, il était également mal nourri et semblait malade. Du vomi coulait de sa bouche au moment de l’arrivée des secours. «Le petit garçon avait des ecchymoses sur tout le corps, en particulier sur les fesses, l’aine, les jambes et le torse. Certaines des ecchymoses étaient extrêmement grandes et couvraient essentiellement le dos de son corps», a commenté la procureure.

Monique Osuna, la belle-mère de petit Emrik, âgée de 27 ans, a reconnu avoir donné de nombreux coups à l’enfant avec plusieurs objets, dont une poêle, une ceinture ou encore une laisse, «plus lourde que la ceinture». La situation de l’enfant aurait empirée à cause de la pandémie de covid-19 qui l’avait tenu éloigné de l’école. Alors qu’il suivait les cours à distance et que sa belle-mère travaillait à la maison, elle l’aurait forcé à faire de l’exercice jusqu’à s’en épuiser. Le père, qui était présent, n’aurait rien fait pour aider son garçon. Il a expliqué à la police qu’il ne donnait à son fils que du riz et de l’eau.

«En raison du Covid-19, il n’était pas à l’école et elle travaillait à domicile, donc elle avait accès à lui toute la journée», a expliqué la procureure à propos de la suspecte. «En plus des abus physiques, elle a admis des faits de torture, elle l’enfermait dans un petit placard la nuit pour dormir, lui refusait de la nourriture, le forçait à faire des exercices physiques comme punition lorsqu’elle travaillait», a-t-elle ajouté, estimant que le covid avait fait d’Emrik le prisonnier de sa belle-mère.

« Ce garçon de 9 ans est mort entre les mains de sa belle-mère et de son père »

Monique Osuna est poursuivie pour meurtre au premier degré. Erik Osuna, le père, est accusé de blessures sur un enfant et destruction de preuves. Le couple est également accusé de n’avoir pas apporté de soins médicaux à l’enfant. Une conversation échangée par SMS mardi montre que le père a demandé à la belle-mère s’ils devaient conduire l’enfant à l’hôpital. «Je sais que tu as peur, moi aussi», a écrit le père à sa compagne. Mais malgré leurs inquiétudes, ils n’ont pas transporté Emrik aux urgences et n’ont appelé les secours que quatre heures plus tard.

Une page de collecte de dons a été ouverte afin de faire enterrer l’enfant en Californie, où il vivait avant. «Ce garçon de 9 ans est mort entre les mains de sa belle-mère et de son père. L’homme qui a juré de le protéger et l’a emmené en Idaho pour vivre une vie meilleure. Emrik a vécu beaucoup de choses ces 3 dernières années et ce n’était pas juste», peut-on lire.

Le texte publié nous apprend qu’Emrik avait été retiré de la garde de sa mère en 2018 et séparé de ses frères et sœurs pour être placé. Mais les services sociaux avaient estimé qu’il ne pouvait pas être envoyé chez sa grand-mère ou d’autres proches mais devait retourner chez son père. «Alors que tout le monde disait que le père n’avait jamais été présent et vivait dans un autre Etat», est-il écrit. «Cette histoire est un nouvel exemple que le système ne marche pas même s’ils affirment agir dans l’intêret de l’enfant».