Sans rendez-vous à cause du covid…il s’arrache 2 dents à la pince

Un ouvrier qui a perdu son revenu pendant le verrouillage a arraché deux de ses propres dents avec des pinces et a abattu huit boîtes de Stella Artois pour engourdir la douleur parce qu’il ne pouvait pas obtenir de rendez-vous chez le dentiste en raison de la crise des coronavirus .

Chris Savage, 42 ans, a eu recours à deux de ses propres dents dans sa chambre parce qu’il ne pouvait pas s’inscrire chez un dentiste ou prendre un rendez-vous d’urgence, qualifiant la procédure de jeudi dernier de «  chose la plus horrible que j’ai jamais faite  ».

Il a déclaré qu’il était en «  agonie  » depuis des jours et a révélé que le simple fait de toucher la dent avec sa paire de pinces rouillées provoquait des vagues de «  douleur atroce  ».

Le travailleur, originaire de Southsea à Portsmouth, Hampshire, a admis s’être «  très saoul  » au préalable en avalant huit boîtes de Stella Artois pour masquer la douleur avant d’arracher la première dent. Il a ensuite attendu un jour avant de retirer la deuxième dent.

dents
Le travailleur a déclaré qu’il était en «  agonie  » depuis des jours et a révélé que le simple fait de toucher la dent avec sa paire de pinces rouillées provoquait des vagues de «  douleur atroce  ».

Son cas a maintenant été soulevé auprès du NHS par un organisme de surveillance de la santé qui a déclaré que M. Savage avait été «  gravement déçu  » par les services de la ville.

Il a déclaré: «  J’ai fini par être très saoul la première fois. Personne ne veut prendre ses dents avec une paire de pinces et pas de véritables analgésiques.

«  J’ai mis la pince sur ma dent et la seconde où j’ai fait ça m’a fait mal. Alors je les ai emmenés, j’ai attendu cinq minutes, je me suis reconstruit et j’ai pensé que je devais le faire.

«  C’était un bon coup sec, une prise des dents et une traction – il n’y a pas de déblayage une fois que vous êtes arrivé au point où il a commencé à sortir.  »

Savage a ajouté que même s’il n’y avait pas beaucoup de sang, il y en avait «  assez pour faire peur  » et que cela «  valait le risque d’infection  ».