Ultimate magazine theme for WordPress.

Sénégal : Tous les centres publics de dialyse sont pleins !

0

De nombreux sénégalais sont concernés sans le savoir, par l’évolution lente de maladies rénales pouvant conduire à la destruction de leurs reins. 

Dans 50% des cas, les maladies rénales chroniques qui conduisent à l’insuffisance rénale tueuse silencieuse, sont la conséquence d’une mauvaise alimentation, d’un diabète mal géré, d’une hypertension artérielle mal traitée, de kystes rénaux ou de grossesses mal contrôlées. De nombreux nouveaux cas d’insuffisants rénaux apparaissent par an.

Moins de 1000 sénégalais sont  en hémodialyse sur toute l’étendue du Sénégal.

Tous les centres publics de dialyse du Sénégal sont pleins. Les nouveaux malades sont accueillis sur des listes d’attente ou la mort les cueille au bout de 15 jours.

La séance de dialyse dans les centres prives de dialyse est à 65.000 frs soit 780.000 frs par mois, c’est-à-dire 9.360.000 frs par an toute notre vie !  Inaccessible pour le commun des sénégalais.

840.000 sénégalais sont diabétiques. La prise en charge des diabétiques dans le pays devrait être une priorité nationale pour les prochaines années.

800.000 sénégalais  sont hypertendus.

Près de 500.000 sénégalais se partagent  le tabagisme, l’obésité, et autres maladies non transmissibles.

Tous les sénégalais de plus de 50 ans, risquent d’être porteurs d’une maladie non transmissible (diabète, hypertension, AVC, prostate, obésité, tabagisme et autres) dont la prise en charge est extrêmement couteuse pour l’Etat à plus forte raison pour les individus.

Et, et, et …. Arrive le virus qui éclipse en amplifiant la souffrance infinie des porteurs de maladies non transmissibles et en particuliers celle des insuffisants rénaux.

Femmes et hommes de bien, nous sommes exténués et en ce mois béni de Ramadan, nous vous tendons avec grand espoir nos mains pour vous dire que « celui qui accepte le mal sans lutter contre lui, coopère avec lui ». 

Que Dieu agrée notre jeûne et que « nos péchés soient absous, quand bien même ils seraient comme l’écume de la mer ».

El Hadj Hamidou DIALLO,

Président MIRS du Mouvement des Insuffisants Rénaux du Sénégal.

laissez un commentaire