Serigne Mbacké Ndiaye rend hommage aux grands hommes du Sénégal…

Serigne Mbacké Ndiaye, Président de la Convergence libérale et patriotique (CLP)

Honneur à nos Grands Hommes

Très loin de mon pays le Sénégal, j’ai suivi un débat au cours duquel le Président Abdoulaye Wade a été cité en termes pas très élogieux. Sans avoir l’idée, la prétention j’allais dire, de donner des leçons à qui que ce soit, je voudrais suggérer ici et maintenant, que nos anciens et ainés qui ont rendu d’énormes services à notre pays et à l’Afrique, ne soient plus jetés en pâture, bien au contraire, mais inscrits a un tableau d’honneur à l’image du panthéon. Bien sûr, chaque être humain agit selon son éducation, ses origines, sa culture et son cursus. Mais sur cette question précise, il me paraît important de bâtir ce consensus autour des figures historiques que sont :
– Léopold Sedar Senghor, premier Président du Sénégal, issu de minorités ethnique et religieuse, a su gagner la confiance des religieux tels que Serigne Fallilou Mbacké, Serigne Babacar Sy, Baye Niasse, pour gouverner le Sénégal dans la stabilité et dans la paix. En plus de l’État et de la République, il a jeté les bases de la construction d’une Nation Sénégalaise. Il suggérait à ses proches l’affectation de fonctionnaires venus de Fouta, du Cayor, du Cap-Vert en Casamance. Au même moment, les cadres issus de cette belle région du Sud, se retrouvaient au Nord, à l’Est et au Centre du Sénégal. Cette politique fait partie des raisons pour lesquelles nous retrouvons aujourd’hui toutes les ethnies dans toutes les régions du Sénégal. Ceci suffit pour faire de lui un Intouchable à inscrire au tableau d’honneur des grands hommes. – Abdoulaye Wade : Depuis sa jeunesse, il n’a cessé de lutter pour l’indépendance de l’Afrique et l’émancipation de l’homme noir. Jeune avocat, il défendait les prisonniers de guerre du front national de libération (FNL) d’Algérie devant les tribunaux français. Il soutenait les combattants du MPLA d’Angola.
Après 26 ans d’opposition, il accéda au pouvoir et engagera de profonds changements qui ont redonne confiance au sénégalais. Suffisant pour le placer hors de portée de toutes attaques ou critiques.
– Abdou Diouf, digne héritier de Senghor, il a donné au Sénégal une bonne administration républicaine. Il a contribué à faire faire à notre démocratie des avancées significatives et son coup de fil passé au candidat Abdoulaye Wade en 2000 pour le féliciter montre à quel point l’homme place le Sénégal au-dessus de ses intérêts personnels. -Président Lamine Gueye. Nous ne parlons pas souvent de lui, ancien président de l’Assemblée Nationale du Sénégal. Mais rappelons tout simplement que c’est lui qui a découvert Léopold Sédar Senghor en France, qui l’a ramené et initié en politique. Cela veut dire que Maitre Lamine comme on l’appelé, au-delà de sa personne, cherchait à ramener tous les fils du pays qui pouvaient apporter leur contribution dans la lutte pour l’indépendance. Et l’histoire lui a donné raison. Valdiodio Ndiaye : la visite mémorable du General De Gaulle, accueilli à la Place Protet (Place de l’Indépendance) en 1958 a consacré l’homme Valdiodio. En effet ce jour, tous les autres leaders s’étaient absentés pour diverses raisons et c’est Waly comme on l’appelait qui a prononcé le discours qui mit De Gaulle dans tous ses états et ce dernier sortit sa célèbre phrase << Je veux dire ceci aux porteurs de pancartes, si vous voulez l’indépendance prenez la… >>.
– Mamadou Dia, nationaliste patente, patriote ardent, il est à la base de certaines politiques, orientations et décisions comme les coopératives agricoles, le domaine national relatif à la terre, l’OHLM, devenu SNHLM etc. Sa rigueur dans la défense des intérêts du pays, sa lutte contre la corruption, la gabegie et la débauche ont fait de lui un modèle. Cheikh Anta Diop. Le savant de Thieytou a fait et fait encore la fierté du Sénégal et de l’Afrique. Ses détracteurs n’ont pas réussi à détruire son œuvre scientifique et ses héritiers politiques sont toujours là pour poursuivre son combat avec dignité et vertus.
Majmouth Diop, Seydou Cissokho, Amath Dansokho font partie des précurseurs de la gauche sénégalaise qui, depuis les années 50 luttait pour l’indépendance de l’Afrique. C’est ainsi qu’est ne le PAI, ancêtre du PIT, de la LD et des autres partis de gauche.
Ousmane Tanor Dieng, républicain et homme d’État accompli. De 2000 à 2012, il a su sauvegarder l’héritage de Senghor dans une opposition républicaine ferme mais courageuse. Si j’ai tenu à le citer, c’est parce qu’au Sénégal, nous avons trois familles politiques qui ne doivent en aucun cas disparaître. Il s’agit de la famille socialiste de Senghor qui nous donne l’indépendance, libérale de Wade qui a engagé le véritable développement infrastructurel du Sénégal et de la gauche qui a toujours contribué à l’éveil de conscience des africains.
La liste que je viens d’énumérer n’est peut-être pas exhaustive. Je ne cherche pas non plus à empêcher l’expression démocratique de mes concitoyens mais je voudrais tout simplement inviter les uns et les autres a un consensus afin que ceux qui ont tout donné à notre pays puissent bénéficier de la reconnaissance, du respect et de l’indulgence des générations actuelles et futures.

Ministre Serigne Mbacké Ndiaye