Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko devient un élément du système…il trahit le Pastef

2

Ousmane Sonko ne peut pas sortir du système…les raisons

Le Parti des Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité est en train de laisser ses marques dans le landerneau politique. Ce jeune parti porté par Ousmane Sonko avait donné beaucoup d’espoir aux jeunes. Ce parce qu’il prônait un idéal : « sortir du système ». Mais depuis un certain temps, le parti a changé de direction. Il nage en plein système et c’était prévisible. Le député accusé de viols présumés, hanté par le fauteuil présidentiel, ne pouvait pas sortir de ce système.

C’est fait ! Ousmane Sonko est maintenant devenu un élément complet du système. Pourtant, lors de son entrée en politique, il était devenu le cheveu dans la soupe. Plus jeune des cinq candidats à la Présidentielle de 2012, Sonko portait la casquette du lanceur d’alerte très hostile au pouvoir et à sa gestion. Dès ses premières sorties, il laisse apparaître un tempérament contestataire. Cet homme qui avait des discours radicaux était considéré par ses adversaires politiques comme un danger.

L’antisystème, comme il se fait appeler, est désormais un véritable acteur du système. Ce, après avoir demandé à ce que tous les présidents, de Léopold Sédar Senghor à Macky Sall, soient fusillés. Paradoxalement, il n’a pas hésité à solliciter Maitre Wade afin de tirer profit de son soutien sur l’affaire de viol qui le lie à la jeune masseuse Adji Sarr. Oubliant que Wade était un artisan du système.

Ousmane Sonko qui avait déclaré que Ahmed Khalifa Niasse était à la base « de tous les complots (…) au Sénégal », a soudainement trouvé un « homme qui se bat pour des principes ». Décidément il n’y a qu’Ousmane pour faire du Sonko.

Ousmane Sonko veut devenir président de la République à tout prix. Même s’il devait marcher sur des cadavres pour bouter le chef de l’Etat hors du pouvoir, il le ferait. Il n’a pas hésité à renier tous les fondamentaux de son parti en nouant des alliances avec les « diables » qu’il voulait fusiller. Mais le Patriote en chef ne pouvait faire autrement.

Le Sénégal grâce à ses éminents hommes politiques a su bâtir une nation, une et indivisible. Du Président Léopold Sédar Senghor au Président Macky Sall, en passant par les Présidents Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, la paix, la cohésion sociale et la concorde nationale ont été les éléments les mieux préservés dans leurs discours comme dans leurs actes. Ce système bâti depuis l’indépendance ne peut pas être contourné. Et cela Ousmane Sonko vient de le comprendre.

Il a commencé à s’investir dans ce système qu’il combattait. En direction des élections locales du 23 janvier 2022, il a enrôlé 13 partis et mouvements politiques. Rien que des dinosaures du système qu’il combattait. Maintenant il est au cœur d’une vaste coalition qui est en gestation avec Karim Wade (jeune élément du système), Khalifa Sall (système de Dakar), et Serigne Moustapha Sy (le PUR système). S’il accepte de pactiser avec ceux qu’il a combattus, c’est qu’il veut une chose…être le 5e président de la République du Sénégal.

La vérité d’hier n’est pas forcément celle de demain. Surtout en politique ! Ousmane Sonko en est la preuve vivante. Alors qu’on est à 5 mois des élections Locales et à 3 ans de la Présidentielle attendons-nous à voir Ousmane Sonko s’allier avec les personnes les plus impensables. Juste pour le pouvoir.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)