Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko et l’opposition en danger ! Un mouvement « corrompu » risque…

0

Le combat contre le troisième mandat « entravé »…par ce mouvement

Le Président Macky Sall tient en otage toute une République. Son refus de se prononcer clairement sur la question du troisième mandat est devenu plus que problématique. Le chef de l’Etat est soupçonné de vouloir briguer un autre mandat. Et les actes que lui et ses hommes posent confortent cette thèse. Ce qui a poussé certains leaders politiques et citoyens lambda à faire bloc pour éviter que le locataire du palais ne se lance dans un projet suicidaire. Mais certaines brebis galeuses risquent de plomber ce combat légitime contre le mandat de trop.

mouvementSi cela ne dépendait que de certains faucons du palais ensorcelés par les délices du pouvoir, le chef de l’Etat resterait éternellement aux commandes du pays. Ces faucons ne cessent de pousser Macky dans la gueule du loup. Et depuis quelques temps, le Président s’est lancé dans ce jeu dangereux. Macky est de plus en plus proche de la ligne rouge. Désormais il ne cache plus ses ambitions pour 2024…

Mais le locataire du Palais aura besoin de plus que quelques faucons pour outrepasser la Constitution. Des voix s’élèvent de partout pour l’inviter à ne pas tenter le diable. Même au sein de Benno, la question du troisième mandat divise. De nombreux cadres de la mouvance présidentielle ont carrément montré leur désaccord avec ce projet fou. Pour l’opposition, il est impensable de voir Macky dans la course pour 2024. Ousmane Sonko et ses camarades comptent mener le combat politique.

Mais ils ne seront pas seuls dans ce combat. La société civile sénégalaise est officiellement entrée dans la danse ce jeudi. ArikaJom Center, Y’en A Marre, Ligue Sénégalaise de défense des Droits de l’Homme, RADDHO viennent de lancer la plateforme « Jàmm a Gën troisième mandat ». Ces membres de la société civile comptent ainsi faire face au projet suicidaire de Macky. Mais leur organisation semble déjà souffrir de maux qui risquent de plomber son bon fonctionnement. De mauvaises « graines » sont aperçues dans ce combat citoyen.

mouvementLe mouvement Y’en a marre, fer de lance de la révolution de 2011-2012, a perdu sa flamme d’antan. Ce puissant mouvement n’est plus qu’une coquille vide à la solde d’hommes politiques. Au lendemain de la chute de Wade, ce mouvement s’est retrouvé au cœur d’un scandale financier. Fadel Barro et ses camarades étaient accusés d’être financé par feu Lamine Diack. Même si le mouvement avait démenti ses allégations, il n’en demeure pas moins que beaucoup de membres ont quitté le navire.

En 2017 et 2018, Y’en a marre est encore accusé d’être financé par des ONG internationaux. La déchéance continue jusqu’au jour où des membres de ce mouvement sont arrêtés pour trafic de passeports. Cette affaire de passeports a fini par emporter le peu qui restait de la force de ce mouvement. Mais Aliou Sané et Cie se sont rangés derrière un leader politique pour garder le peu de notoriété qui leur reste. Alors on se demande comment un tel mouvement peut-il se déclarer comme étant le porte-parole du peuple ?

Cette affinité avec le leader du parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) entache le noble combat entrepris par ces membres de la société civile. Ousmane Sonko est déjà négativement noté dans l’affaire Sweet Beauty. Le voir comme la personne derrière ces membres de la société civile risque de biaiser le combat des sénégalais qui ne veulent que le respect de la Constitution. Alors, ces personnes doivent trouver une autre approche pour ne pas se décrédibiliser aux yeux des sénégalais.

Le fait que ce mouvement au-devant de la scène soit « pourri », ne veut aucunement dire que le chef de l’Etat a le droit d’outrepasser la Constitution sénégalaise. Macky Sall s’est lui-même exclu de cette compétition. Sa célèbre phrase de 2012 raisonne toujours dans les oreilles des sénégalais. Le locataire du Palais doit respecter sa parole donnée pour la stabilité. Aller à l’encontre de la volonté populaire lui coûtera très cher.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire