Ultimate magazine theme for WordPress.

Les scandales tuent les derniers espoirs de Macky…Le 3ème mandat est compromis

0

Macky a un bilan reluisant. Sur tous les plans, il a réalisé des exploits malgré l’inflation et la flambée des prix. Et il comptait sur toutes ces réalisations pour espérer candidater à un troisième mandat en 2024. Mais c’est sans compter avec le cortège de scandales qui assombrit son bilan. Entre les sorties de ses partisans sur l’épineux débat du troisième mandat illégal selon la Constitution et les rébellions observées dans son propre camp, un vent de scandales nauséabonds empeste dans l’atmosphère présidentielle et installe le doute quant à l’avenir du Président. Macky Sall ne sortira pas indemne de tous ces dossiers à milliards qui impliquent certains de ses ministres…

Le Président de la République du Sénégal Macky Sall qui venait d’être fraichement élu en 2012, avait alors indiqué que son règne sera sous le signe de la gouvernance vertueuse et sobre. Des paroles qui ne semblent être que du vent. Sous le régime du Président Macky Sall, que de scandales ont été dénoncés durant toutes ces dernières années. Des scandales qui ont secoué le pouvoir, mais mis sous le coude du Président de la République pour échapper à al justice.

scandalesTrès tôt, dès sa prise du pouvoir, Macky Sall avait réactivé la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) qui avait été créée sous le régime du Président Abdou Diouf, avant d’être mise en veilleuse. La CREI avait été ressuscitée pour lancer la campagne contre la traque de biens mal acquis, alors engagée par le Président de la République Macky Sall. Et tous les Sénégalais avaient dit bravo, même si la CREI était une juridiction d’exception qui obligeait l’accusé à fournir les preuves de son innocence. Cette inversion de la charge des preuves était inacceptable.

Finalement, qu’a-t-on vu ? Sur une liste de vingt-cinq (25) anciens dignitaires du régime sous Me Abdoulaye Wade qui devait répondre du chef d’accusation d’enrichissement illicite, seul Karim Wade a été jugé, condamné et déchu de tous ses droits civiques. Ce qui pousse certains à dénoncer une justice sélective. On n’a même pas fini de dénoncer toute cette injustice qui a frappé le procès de Karim Wade, que des dignitaires de l’actuel régime sont cités dans de nombreux scandales.

Des rapports de la Cour des comptes, de l’Office national contre la concussion et la corruption (OFNAC) et d’autres institutions qui luttent pour la transparence de la gestion des biens publics ont épinglé des autorités du pouvoir et membres proches du Président de la République. Des membres de la dynastie Faye Sall sont cités à travers de nombreux scandales financiers, sans pour autant ne jamais être inquiétés par la justice.

Des ministres, des directeurs généraux, de hautes autorités étatiques sont cités dans des scandales, sans qu’ils ne soient inquiétés. Cheikh Oumar Anne, l’actuel ministre de l’Education nationale, qui avait également été promu au poste de ministre de l’Enseignement supérieur, à l’époque Directeur général du COUD avait été nommément accusé par le journaliste Pape Allé Niang. Cheikh Oumar Anne qui avait intenté un procès contre notre confrère, avait été désigné comme étant la principale victime expiatoire. Une affaire louche

scandalesLa liste des cités de scandales sous le régime du Président Macky Sall qui réclamait une gestion sobre et vertueuse devient élargie et grandissante. Le frère du Président de la République Macky Sall, est même cité dans un scandale dans le cadre d’octroi de licences d’exploration pétrolière. Macky Sall ferme les yeux sur de nombreux scandales impliquant des membres du camp présidentiel. Ce qui pousse certains à penser que certains bénéficient de l’impunité financière. Des opérations de multiplications de faux billets bancaires, de trafics de passeports diplomatiques ont été révélés au grand jour, sans aucune suite judiciaire. Parce que tout simplement, des membres du pouvoir ont été cités au cœur de ces affaires.

Et au moment où l’on croyait que les scandales étaient derrière nous, un nouveau dossier « louche » d’achat de port d’armes à hauteur de 45 milliards FCFA fait la UNE de nombreux quotidiens de la place. L’ancien ministre de l’environnement et actuel maire de Mbao, responsable politique de l’APR (parti présidentiel), Abdou Karim Sall est cité dans cette affaire. Mais il n’est pas le seul. L’actuel directeur de cabinet du président de la République, ancien ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo y est aussi « impliqué »…

Le président Macky est touché en plein cœur. Ce scandale de trop risque de précipiter sa chute.

Pape Ndiaga Dramé pour xibaaru.sn

laissez un commentaire