Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko fait pire que Macky…il crée son «Neddo ko bandoum» casaçais

1

« L’argent est le nerf de la guerre », a-t-on l’habitude de dire. Cette affirmation perd tout son sens dans le combat qui oppose Macky Sall et Ousmane Sonko. Voilà deux leaders politiques qui se haïssent. Leur quête du pouvoir prend de plus en plus des proportions dangereuses. Le leader du parti des patriotes africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) est prêt à tout pour éjecter le chef de l’Etat de son trône. Le locataire du Palais fera tout pour conserver le pouvoir. Cette quête du pouvoir tire dangereusement vers un conflit social.

sonkoMacky Sall et Ousmane Sonko sont les principaux dangers qui gangrènent ce pays. Leur amour pour le pouvoir mène le Sénégal vers un conflit social. Le chef de l’Etat est accusé de faire la promotion du «Neddo ko bandoum», une expression halpular souvent traduite comme un parent doit impérativement aider son parent. Et si Macky Sall est accusé de faire la promotion des siens, c’est parce que les hauts postes de responsabilités reviennent, le plus souvent, aux gens du Nord. Des nominations qui font réagir au sein de l’opposition.

Ousmane Sonko a toujours reproché à Macky de faire la promotion du communautarisme. Car certaines grandes gueules de la mouvance présidentielle ont tendance à stigmatiser les sudistes. Ils les taxent souvent de rebelles. Cette manière de faire de Benno a fini par pousser le maire de Ziguinchor à être, à son tour, un ethniciste. Depuis quelque temps, le patriote en chef cherche les voies et moyens de mettre le locataire du Palais en mal avec les populations du Sud. Sonko est même allé jusqu’à dire que le président de la République n’aimait pas la Casamance.

Alors Sonko essaye de rééquilibrer les choses à sa manière. Le leader de Pastef tente de créer une force purement sudiste. Il recrute tous les leaders qui sont du Sud. Toussaint Manga est le dernier à retrouver le peloton de Sonko. Ce dimanche, cet ancien cadre du Parti démocratique sénégalais (PDS) a officialisé son entrée dans le parti de Sonko. L’ex parlementaire vient gonfler les rangs de Pastef. Son arrivée renforce les patriotes dans la zone Sud. Un ralliement qui confirme beaucoup d’analystes politiques qui soupçonnent Sonko de préparer une alliance exclusivement sudiste.

sonkoÉlu sous la bannière de Yewwi Askan Wi, Guy Marius Sagna était le premier à déposer ses bagages dans le parti de Sonko. D’ailleurs, Pastef était sa force motrice lors de la campagne pour les élections législatives de juillet 2022. Et avant lui, il y a eu L’ancienne vice-présidente du Conseil départemental de Bignona et membre de l’APR, Dr Gnima Goudiaby qui avait quitté avec Fracas Macky Sall pour rejoindre le Pastef de Sonko.

Désormais, certains patriotes espèrent voir Aminata Assome Diatta rejoindre Pastef pour donner plus de pouvoir à Ousmane Sonko dans le Sud. Car faut le rappeler, les hommes du patriote en chef sont présents à tous les niveaux de l’administration sénégalaise. Avec tous ses soutiens qui viennent de cette partie du territoire national, le maire de Ziguinchor a créé son propre «Neddo ko bandoum» avec les siens.

Cette ethnicisation de la politique a divisé le Sénégal en deux pôles : les nordistes qui roulent pour Macky Sall et les sudistes alliés à Sonko. Cette bipolarisation du Sénégal risque de mettre le pays dans une mauvaise voie. Certains esprits tordus cherchent la petite bête pour allumer un feu. Depuis la disparition des agents du renseignement, on accuse le pouvoir central de traquer tous les casaçais qui sont avec Sonko. Une réflexion « bête » qui met les 17 millions de sénégalais en danger. Avec notre manière de vivre, un conflit ethnique ferait des ravages…

Alors, Macky Sall et Ousmane Sonko doivent revenir à la raison. La quête du pouvoir ne vaut pas la vie d’un sénégalais. Pastef, est en train de montrer qu’elle ne vaut pas mieux que le système qu’il combat. Le patriote en chef nous a vendus le non-cumul de mandat. Même pas encore arrivé au pouvoir, lui et les siens se dédient. Maintenant que Sonko est dos au mur, avec l’affaire Adji Sarr, on cherche à créer un conflit Nord-Sud. Ce danger rampant doit être stoppé avant qu’il ne soit trop tard !

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (1)