Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko se « blanchit » du viol et fait le procès de la justice

2

S’il y a un dossier qui doit être vidé par la justice sénégalaise, c’est bien celui dénommé affaire « Sweet Beauty » dans lequel un député devenu maire d’une grande ville est accusé de viols et menace de mort par une jeune masseuse. Cette affaire qui oppose Ousmane Sonko et Adji Sarr tient en haleine tout une République. Des jeunes y ont perdu la vie, des milliards partis en fumée lors des émeutes de mars 2021 et jusqu’à présent personne ne connaît la vérité. Le procès se fait désormais par presse interposée. Et le leader de Pastef semble tenir le bon bout.

Le viol est-il devenu banal au Sénégal ?  Cette interrogation mérite d’être posée quand on voit comment l’affaire « Sweet Beauty » est traitée. Magistrats, avocats, plaignante et accusé abordent cette question avec beaucoup de légèreté. Le leader du Parti des Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) cherche des boucs émissaires pour se sortir de cette situation. Pour cela Sonko accuse le gouvernement de complot. Adji Sarr donne à tout va des interviews sur une affaire pendante devant la justice.

Le violeur présumé a déjà fait le procès à sa manière. Ousmane Sonko est bourreau et juge dans cette affaire. Lors de son dernier face à face avec des journalistes, le « guerrier » défie encore la justice. Pour Sonko, il n’y a aucun juge capable de le mettre en prison dans cette affaire. Alors pour le patriote en chef, c’est clair il est innocent. Et cette affaire est montée de toutes pièces pour freiner sa progression. Une position que partage désormais beaucoup de ses souteneurs qui ne voient plus l’utilité d’un procès.

Ousmane Sonko, qui fait tout pour éviter la prison, ne cesse de ridiculiser la justice. Dans un long texte publié, ce mardi, sur sa page Facebook, il a envoyé l’Union des Magistrats du Sénégal au tapis. Ces derniers ont fait l’erreur de tomber dans son piège en repondant à la sortie de Sonko. Et désormais ils en paient le prix fort. « N’oubliez pas que vous n’êtes pas la justice, ni l’institution judiciaire pour parler à son nom : vous êtes un “syndicat“, une association corporatiste qui défend des intérêts de ses membres. À ce titre, vous n’êtes point habilité à parler au nom de la justice et de toute la justice que votre corporation partage avec d’autres », écrit Sonko.

L’offensive de Sonko démontre que le leader de Pastef reste dans sa logique. Le nouveau maire soulèvera des montagnes pour ne pas être condamné dans cette affaire. Reconnu coupable, il risque dix ans de prison. Alors il fera tout pour éviter ce scénario. D’ailleurs certains observateurs redoutent que les événements de mars 2021 ne se reproduisent. Les jeunes acquis à sa cause sont prêts à tout pour le soustraire entre les mains de la justice. Les discours qu’ils tiennent sur les réseaux sociaux n’augurent rien de bon.

Le fin mot de l’affaire « Sweet Beauty » risque de ne pas être connu de sitôt. Bourreau présumé d’Adji Sarr, Ousmane Sonko a réussi à mettre toutes les chances de son côté. Il a fait passer l’Etat pour un comploteur, qui tente de le liquider. Et la justice de complice dans ce qu’il appelle un « complot ». Une justice discréditée par le « tout-puissant » Sonko ne pourra pas condamner le leader de Pastef qui ne cesse de recevoir du soutien. Plus cette affaire durera, plus Sonko sera puissant pour envoyer le régime de Macky Sall à la retraite…

Et les deux seuls coupables de cette situation ne sont autres que le pouvoir de Macky Sall et les magistrats qui laissent pourrir ce dossier dans les tiroirs au moment ou des cas de viols sont jugés presque tous les jours.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)