Sonko…un homme pris dans les mailles de sa propre frénésie

Sonko cria au loup sans raison, générant l’incrédulité générale et finissant par causer la perte du cheptel de moutons à son maître.

L’affaire des 94 Milliards. Voilà les paroles que nous pouvions entendre résonner de la bouche d’Ousmane Sonko dans les augustes stoa du Parlement. Scandale, s’écria-t-il ! Le Peuple aurait été volé, dépouillé de ses biens ! Hélas, je suis convaincu qu’il ne brandira jamais des preuves de ses dires, comme si souvent dans l’Histoire humaine, ceux qui hurlent le plus fort n’ont que rarement raison. Sonko, l’homme qui traque la corruption comme un chien de chasse rendu fou par l’âge, semble cette fois être pris dans les mailles de sa propre frénésie.

Si l’affaire entourant les terres dans la ville de Rufisque avec le TF 1451/R est d’une extraordinaire complexité, offrant un sacré mal de tête aux plus courageux analystes, elle n’a en toute apparence rien d’illégal ou de funeste. Elle se construit surtout sur un grave malentendu qui attestait d’une créance des héritiers du TF 1451/R sur l’Etat du Sénégal.

Que l’Etat compense ceux qu’il dépouille de leur propriété privée n’est que justice, même si les sommes en jeu sont conséquentes. L’affaire est encore en cours et c’est donc plus effrayant de voir avec quel aveuglement certains se sont jetés sur une affaire qui peut que passionner les juristes les plus chevronnés.

Qu’arrive-t-il à Sonko ? A-t-il été trompé ? L’a-t-on piégé ? Possible. Toutefois, il faut aussi se demander s’il n’a pas fini par devenir victime de son ignorance que tous les acteurs politiques complotent afin de dépouiller le peuple de sa fortune.

Ousmane Sonko a agi soit de manière malintentionnée soit de manière ignorante. Quelle que soit la réponse choisie, elle nous force à considérer que Sonko a commis une grave erreur et surtout qu’il met en péril la stabilité du pays. Porter des telles accusations n’est pas à faire à la légère. Tout scandale peut affaiblir le Gouvernement et cela peut avoir des conséquences très graves dans une région instable comme la nôtre. La force des institutions sont le principal atout du Sénégal. C’est peut-être même pire qu’accuser sans preuve que de se taire quand on sait qu’un crime a lieu. Pourquoi n’a-t-il toujours pas montré les preuves cette affirmation comme Promis en Janvier 2019 ?. Le fera-t-il devant l’assemblée nationale ?

De surcroit, le Parlement ne doit pas être l’outil pour assouvir les pulsions personnelles des politiciens. Si Sonko veut lancer une chasse aux sorcières, qu’il le fasse avec des preuves et ne fassent pas perdre au pays du temps et de l’énergie à poursuivre des chimères. Trop de politiciens abusent de leurs positions pour leur profit personnel. Abuser de son pouvoir afin de lancer des croisades stériles est aussi malséant que d’abuser des fonds discrétionnaires. Le temps du Parlement est aussi précieux que les recettes fiscales.

A quoi bon dénoncer des détournements de fonds qui n’existent pas ou du moins, dont les preuves d’existence sont aussi réelles que les affublassions d’un vieillard ivre ? Comment vouloir lancer toute l’opinion publique contre un homme, à savoir Mamadou Mamour Diallo, sans générer du tumulte ?

Aurait-il volontairement trahi le peuple sénégalais et particulièrement la Diaspora qui y avait aveuglement cru en lui. On ne peut pas lancer les chiens contre un homme sans avoir la certitude d’avoir jugé juste. Si on s’est trompé, alors on se rend compte de méfaits bien réels.

C’est comme dans les contes des toubabs. On se trouve avec un Sonko qui cria au loup sans raison, générant l’incrédulité générale et finissant par causer la perte du cheptel de moutons à son maître.

Ibrahima NDIAYE

Ingénieur Commercial

Président du Mouvement des Volontaires pour l’Emergence du Sénégal (MVES)

Casablanca / Maroc