Soro guillaume: « ADO m’en veut parce que je ne voulais pas… »

Lors de son allocution du 31 décembre, Soro Guillaume a voulu apporter quelques vérités sur la situation qui prévaut,  à savoir le mandat d’arrêt international lancé contre lui pour complot contre l’autorité de l’Etat, recel de deniers publics et blanchement de capitaux.

Selon lui, ces faits sont consécutifs à son refus de s’associer au « projet de confiscation du pouvoir d’Etat et partant de la démocratie que sous-tendait la création du RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix) unifié », la coalition au pouvoir,  ce pourquoi M. Ouattara lui a demandé de renoncer, le 8 février 2019, à ses  fonctions de Président de l’Assemblée Nationale.

« Je l’ai fait, en accord avec ma conscience d’homme libre pour qui toute compromission signifierait un asservissement de ma dignité », a-t-il fait savoir, ajoutant que depuis lors il subit avec les siens,  « de façon encore plus violente, avec une hargne redoublée et une haine inexpliquée, de nombreuses attaques du régime ».

En octobre dernier, M. Soro a officialisé sa candidature à la présidentielle d’octobre 2020. Alors qu’ il rentrait,  le 23 décembre 2019 en Côte d’Ivoire, pour lancer véritablement les activités de son mouvement, un mandat d’arrêt est lancé contre lui.

Ce 23 décembre 2019, « l’avion qui me transportait dans mon pays a été empêché d’atterrir à Abidjan en raison d’un déploiement agressif des forces de défense et de sécurité, aussi bien dans l’enceinte de l’aéroport que sur l’ensemble de la ville, contraignant le pilote à dérouter l’appareil sur Accra au Ghana », a-t-il expliqué.

Il a dénoncé à son encontre une tentative de le compromettre. Dans un enregistrement sonore diffusé, il lui est déjà reproché de développer un plan de déstabilisation du pays. Dans une seconde une opération d’espionnage, il cite un franco-algérien venu lui rendre visite à plusieurs reprises.

« Je voudrais vous rassurez, chers compatriotes, ces reliques exhumées en vue de me porter le coup de grâce feront l’objet d’un traitement judiciaire. J’ai donné pleins pouvoirs à mes avocats aussi bien à Abidjan qu’en Europe d’engager des poursuites », a-t-il poursuivi.