Ultimate magazine theme for WordPress.

Troublé par Sonko…Macky se perd dans ses incohérences

2

S’il y a une chose indéniable, c’est que le président Macky Sall est entré dans l’histoire. Même s’il y’a des couacs sous sa gouvernance, il a réussi à réaliser de nombreuses infrastructures. Face à des adversaires de plus en plus radicaux, le locataire du Palais s’agrippe à la barque pour ne pas perdre le Nord. Mais à deux années de la fin de son second mandat, il perd déjà le contrôle. Désormais, tout lui passe entre les doigts. Il essaie tant bien que mal de limiter la casse. Malheureusement, ses incohérences risquent de le perdre.

Le génie politique de Macky Sall est en train de prendre un sacré coup. Les partisans du leader de Pastef, Ousmane Sonko, ne lui laissent aucune marge de manœuvre. Sur les réseaux sociaux (RS), il est la cible à abattre. Cette situation exaspère au plus haut sommet le chef de l’État. Pour régler le problème, il a encore agité la question de la régularisation des réseaux sociaux alors que Yankhoba Diattara a échoué sur toute la ligne. Mais cette tâche ne sera pas facile. Et tout ce qu’il peut faire c’est bloquer les réseaux sociaux. Ce qui serait antidémocratique.

Si Macky Sall tient coûte que coûte à réguler les RS, c’est parce que les partisans de Sonko ont pris le contrôle. A travers des groupes comme la « mafia Kacc Kacci », ils lui font vivre l’enfer. Tous les coups sont permis pour abattre le théoricien de la magie du clic. Même l’intégrité morale du chef de l’État et de son entourage n’est pas épargnée. Vu sous cet angle, la position du président est bien légitime. Malheureusement, ces pratiques sont aussi utilisées par les gens du pouvoir. Pour faire face au Sonko-Boys, des militants de l’APR aussi virulents qu’eux polluent les réseaux sociaux.

Quelqu’un comme Coura Macky est l’incarnation de ce nouveau type de républicain. Insulte à la bouche, elle passe toute la journée à cogner sur l’opposition. Dans une de ses dernières sorties, elle a traité Abdou Bara Doly de tous les noms d’oiseaux. Cette « Assane Diouf au féminin » a même été reçue au Palais.

Alors le Président Macky Sall devrait balayer devant chez lui avant de nettoyer les réseaux sociaux dans sa globalité. La meilleure manière de régler le problème, c’est de renforcer l’éducation des enfants pour revenir à nos valeurs morales comme le préconise le locataire du palais.

Mais là aussi, le mauvais exemple vient du chef suprême, avant de se répandre sur la place publique. On se rappelle que c’est lui qui s’est précipité pour recevoir Djibril Ngom. Le mandataire de Yewwi Askan Wi qui avait fui avec les listes de cette coalition. Au moment où il prône le retour aux valeurs, le patron de Benno Bokk Yakaar mène une campagne pour débaucher tous les maires de l’opposition. Si Macky Sall veut que ses conseils soient suivis, il devrait, aussi, commencer par arrêter de couvrir ses proches, surtout les membres de sa famille, épinglés par les rapports des corps de contrôle.

Le Président, qui continue de nager dans ses incohérences, juge pléthorique le nombre de médias au Sénégal. « 29 quotidiens dans un petit pays comme le Sénégal, c’est tout simplement de l’anarchie ! D’abord parce que personne n’a le temps, sauf à ne rien faire à longueur de journée, de lire 29 quotidiens. Ça vous prend une journée ou une demie journée. C’est un problème. 450 sites, ce n’est pas possible », se plaint le chef de l’État.

Mais demandons au Président combien de ministres compte son gouvernement dans un si petit pays comme le Sénégal ? Combien de députés dans un si petit pays comme le Sénégal ? Combien de partis politiques dans un si petit pays ? Et combien d’institutions budgétivores inutiles dans un si petit pays comme le Sénégal ? S’il répond à ses interrogations, il saura qu’il nage en plein délire en pensant que les organes de presse sont le seul problème dans ce pays.

Le chef de l’Etat, Macky sall, est certes de bonne foi en voulant que le sénégalais reviennent aux valeurs morales, religieuses et sociales qui sous-tendent ce pays. Mais il sera très difficile pour le président, qui passe une partie de son temps à torpiller ses valeurs, de réussir ce pari. Chef suprême de la nation, c’est à lui de montrer le bon exemple et le peuple suivra. Macky Sall doit éviter de tomber dans le piège des mercenaires de Sonko.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)