Un jeune ivoirien dans geôles d’Ali Bongo depuis 4 ans

Depuis 2016, ce jeune Ivoirien est emprisonné au Gabon par les autorités gabonaises sans jugement.

Venu au Gabon pour compiler les résultats des procès-verbaux physiques au fur et à mesure que ceux-ci lui parvenaient.

Il est arrêté au QG de M.PING alors candidat élu au présidentiel, accusé de falsification de résultats des élections et emprisonné.

Sa famille au bord de l’effondrement, a lancé un cri de cœur aux autorités ivoiriennes qui entretiennent de très bonnes relations avec les autorités gabonaises pour un dénouement rapide et implore la clémence des autorités Gabonaises pour qu’elles accordent sa liberté.

Le 10 septembre 2919, dans les colonnes de l’hebdomadaire La Loupe, Yeo décrit ses difficiles conditions de vie. Le jeune informaticien ivoirien arrêté le 31 août 2016 lors de l’attaque du quartier général de campagne de Jean Ping dit être devenu « l’esclave de toute la prison, soumis aux corvées les plus inhumaines ».

Il dit être soumis aux corvées les plus inimaginables. Du nettoyage du quartier de la détention aux lieux d’aisance, jusqu’à la vaisselle, sans oublier l’approvisionnement en eau pour d’autres détenus, le jeune informaticien passe toutes les épreuves pour se nourrir.

Aucun soutien depuis trois ans.

Pas de parents, pas d’amis pour manger ici.

Il doit travailler pour d’autres détenus qui reçoivent au quotidien le soutien de leurs parents.

Pour le gouvernement gabonais il est perçu comme un espion à la solde du candidat de l’opposition M. PING, dont la compagne est d’origine ivoirienne.

Le jeune informaticien ivoirien avait d’abord été inculpé pour des faits «d’atteinte à la sureté de l’État», avant de voir le chef d’accusation être requalifié en «falsification, publication de faux résultats et trouble à l’ordre public».

Trois ans après, le jeune Yeo Sihifowa est toujours en détention préventive à Libreville. Pourtant, au Gabon, en matière délictuelle, la détention préventive ne peut excéder 12 mois, alors que pour les crimes, elle ne dépasse pas de 18 mois y compris avec la prolongation.

Un prisonnier « politique » ivoirien , depuis 3 ans, veut retrouver sa terre natale

Yéo est emprisonné depuis trois ans au Gabon, dans l’indifférence générale. Parce qu’il a participé au processus électoral lors de la Présidentielle de 2016 en tant qu’informaticien, cet Ivoirien a été incarcéré et il attend, depuis lors, qu’un tribunal veuille bien s’occuper de son cas… Retour sur cette histoire faite d’injustice et de silences.

Retour en arrière

Yeo a trente-cinq ans, des rêves plein la tête. Il habite Abidjan, capitale économique ivoirienne, au cœur de Cocody, la commune résidentielle des classes moyennes et supérieures. Nous sommes en 2016. Il travaille pour une société de services en ingénierie informatique en tant que Chef de Projet adjoint. Il est heureux, se sent sûr de sa réussite et de son parcours, lui le petit gars de Korhogo.

Parce qu’avant d’être ici, il y a eu le nord de la Côte d’Ivoire, d’où il est originaire. Le Korhogo des années 90 n’est pas celui d’aujourd’hui. A l’époque, cette ville des vélos et des routes de terre battue offre peu de perspectives aux jeunes sénoufos et aux ressortissants des pays voisins qui s’y pressent. Rares sont ceux qui poursuivent leur scolarité au-delà des classes primaires ; Abidjan, qui possède la plus importante université du pays, se situant à plus de cinq cent soixante kilomètres.

La cité lagunaire semble trop loin pour les espoirs locaux. Or Yéo fait partie de ces jeunes studieux et il va progressivement se révèler bon élève. Troisième d’une famille de six enfants, son père, instituteur, lui inculque ce goût pour l’instruction scolaire. Au sein de sa fratrie, il apprend le partage et l’humilité. Rien d’exceptionnel donc. Il est un enfant comme les autres, mais qui obtient 20/20 en mathématiques au BEPC et le baccalauréat série C (scientifique/mathématiques) en première session.

Tout semble lui sourire. Après un passage de quelques années à Man, l’ouest montagneux, pour obtenir un BTS en électrotechnique, il arrive enfin dans la cité promise où il est permis de croire en ses capacités plus qu’ailleurs dans le pays, Abidjan. Il est vrai que la ville a perdu ses splendeurs d’antan compte tenu de la crise qui l’agite alors.

Mais le jeune Yéo reste à distance de ces débats. Sa passion : les chiffres, la collecte de données, leur compilation sous tableur Excel… A l’école Pigier, il poursuit un cursus d’ingénieur en informatique et se spécialise en administration système et réseaux, administration base de données et reporting. A la suite, en 2013, il est employé en tant qu’ingénieur système et responsable de plateforme pour la société JFR Systems. Plus tard il y devient Chef de Projet adjoint.

Il traite principalement des données issues du champ de l’éducation mais son employeur travaille également à la collecte et à la compilation des résultats des élections et offre ses services au Congo Brazzaville et en Guinée par exemple. Yéo participe à ces missions. Mettre ses compétences au service du temps présent, participer à l’urgence d’un processus attendu de tous, en être un maillon nécessaire. Yéo aime ces expériences et entend les multiplier.

Alors, lorsque courant 2016, le jeune entrepreneur en informatique Jean-Marc Zoé l’approche pour travailler pour les élections présidentielles gabonaises, Yéo n’hésite pas et se décide à voler de ses propres ailes. Dès lors, il accompagne le candidat Jean Ping et est en charge de la collecte et de la compilation des résultats de bureaux de vote. Il s’embarque mi-août 2016 pour Libreville.

La prison

Point n’est besoin de rappeler que ces élections du 27 août 2016 qui opposèrent principalement Ali Bongo, le Président, à Jean Ping donnèrent au monde un spectacle de désordre. Pour s’en convaincre, il n’est que de relire les article sur le sujet (ici et là). Le mercredi 30 août, la commission électorale proclame Ali Bongo vainqueur. Les données collectées par Yéo démontraient le contraire…

Le 1er septembre, tandis qu’il se prépare à rentrer chez lui, à Abidjan, Yéo est interpellé par les forces de l’ordre gabonaises. Tout s’accélère. Il est passé à tabac, menacé. S’il ne parle pas, ses détracteurs affirment vouloir s’en prendre à sa famille, en Côte d’Ivoire. Il n’a rien à dire. Les coups pleuvent. Yéo ne sait pas y faire face. Il est informaticien. Il aime les mathématiques. Il collecte des données et les compile. Le dimanche, il va à l’église. De temps en temps, il sort boire un verre avec ses amis. Il voudrait se marier. Il voudrait avoir sa société.

Terrorisé, après 48h de détention arbitraire et de torture, le jeune Yéo va avouer ce qu’il n’a pas commis devant les caméras de la télévision Global TV.

On voit un homme fatigué. Ses yeux semblent chercher de l’aide, vainement. Les mots lui manquent. Son souffle est court. Une voix off le présente comme un « cybercriminel », un bandeau rouge, au bas de l’écran, indique « trafiquant de données électorales au Gabon ». Yéo est prêt à dire n’importe quoi pourvu que ce cauchemar s’arrête. Il dit très peu, finalement. La voix off se charge d’élaborer la fiction et fait de lui un espion à la solde du gouvernement ivoirien.

Sa famille trouve la farce grotesque. le jeune Yéo est méconnaissable. Personne n’a eu la décence de les avertir de quoi que ce soit. Et pourtant…

Et maintenant ?

Voilà trois ans maintenant que le jeune Yéo est incarcéré à la prison centrale de Libreville. Sans procès. Il résiste en téléphonant à sa famille. Mais sa famille n’y tient plus. Depuis ce drame, le père est tombé malade. La mère passe ses jours à soupirer. Le petit frère, ingénieur des eaux et forêts, tente de les maintenir tous debout. Mais jusqu’à quand et pourquoi devraient-ils souffrir ainsi ? Pourquoi Yéo, à qui personne ne porte à manger (au Gabon on ne fournit pas de repas aux détenus), est-il condamné à nettoyer les cellules, les wc et les immondices pour gagner sa pitance ? Pourquoi ce jeune homme brillant doit-il vieillir si vite dans une prison d’un pays qu’il ne connaissait pas jusqu’à cet été 2016 ?

Et nous sommes en 2020 …