Urgent-Soudan : Omar El-Béchir en route vers la CPI

Soudan : l’ex-dictateur Omar el-Béchir en route vers la Cour pénale internationale

Contre toute attente, les autorités soudanaises ont annoncé l’envoi de l’ex-président El-Béchir à la CPI de La Haye, où il est accusé de crimes contre l’humanité et de génocide. Emprisonné depuis sa destitution en avril, il semblait pourtant assuré d’être uniquement jugé au Soudan.

Omar el-Béchir envoyé à la Cour pénale internationale (CPI) ? Voilà qui serait une énorme prise pour la CPI, qui a engagé depuis 2009 des poursuites contre l’ancien dictateur soudanais, lui-même renversé par un coup d’Etat en avril dernier. Après avoir longtemps refusé de le livrer à la justice internationale, le gouvernement de transition qui lui a succédé à Khartoum en aurait finalement pris l’engagement ce mardi, lors de pourparlers de paix entamés avec des groupes rebelles du Darfour.

Or c’est précisément dans cette région tourmentée de l’Ouest du Soudan qu’El-Béchir, aujourd’hui âgé de 76 ans, est accusé d’avoir orchestré une campagne de meurtres et de viols à caractère ethnique à partir de 2003, lors d’un interminable conflit contre des groupes rebelles qui a fait plus de 300 000 morts et 2,5 millions de déplacés.

Accusé de « crimes contre l’humanité » et de «crimes de guerre» dès 2009, puis également de «génocide» un an plus tard, Omar el-Béchir a eu ainsi le triste privilège d’être le premier chef d’Etat en exercice poursuivi par la CPI, et même le premier accusé du crime de génocide réclamé par cette juridiction basée aux Pays-Bas.

Las, malgré deux mandats d’arrêts internationaux, l’homme fort de Khartoum bénéficiera jusqu’à sa destitution de la protection de ses pairs africains et arabes qui l’accueilleront chez eux sans jamais accepter de le transférer à la CPI. On le verra ainsi parader tranquillement au siège de l’Union africaine, à Addis-Abeba (Ethiopie), comme à Johannesburg (Afrique du Sud) ou à Tripoli (Libye).