Ultimate magazine theme for WordPress.

Karim Wade s’éloigne du pouvoir par la faute d’un seul homme…

0

Karim Wade s’éloigne drastiquement de la conquête du pouvoir

De 2012 à 2019, Karim Wade était incontestablement l’homme le plus pressenti pour succéder à Macky Sall à cause de ses mouvements de soutiens qui occupaient spontanément le terrain de manière permanente. Mais depuis que le management de ces mouvements est tombé entre les mains de Saliou Dieng qui a fini par transformer le PDS en système de copinage on assiste à la dislocation des mouvements de soutien les plus représentatifs. Il crée ainsi des mouvements qui disparaissent juste après leurs officialisations. C’est aussi des occasions de détournements de fonds alloués à ces activités. Il fait alors croire à Karim Wade qu’il dispose plus de cent (100) mouvements de soutien.

Avec lucidité, qui peut avoir autant de mouvements sérieux dans un pays à six (6) millions d’électeurs et que l’Etat ose invalider ta candidature ?

La vérité est que Saliou Dieng lui vend du vent. Aujourd’hui Ousmane Sonko devient la figure la plus emblématique et charismatique de l’opposition. Il draine une foule partout où il passe pendant que les militants du PDS se contentent de rappeler l’histoire et le parcours du Président Wade pour se faire bonne conscience. C’est comme si c’est ces rappels historiques qui élisent un Président de la République. C’est drôle non ?

Hier monsieur Saliou Dieng a organisé un soi-disant rassemblement à la permanence du PDS qui a été remarqué par l’absence des figures des mouvements Karimistes comme Amina Nguirane, Amina Sakho, Marie Aw, Aly Nar Ndiaye, Mame Gamou Faye, Askaw de Hélène Délla Chaupin etc. Karim Wade même sait qu’on ne peut pas parler de Karimistes sans ces figures. Sans manquer de respect à ceux qui étaient dans la salle, une réunion sans ces personnalités devient plutôt une réunion « Saliwiste » mais pas Karimiste. Et il s’est organisé à avoir des délégations venant de Mbacké, de Louga, de Kébémer pour remplir la salle en vue de camoufler son impopularité. A le regarder hier, son visage était triste, mal à l’aise. C’est cela les retombés de la méchanceté.

Karim Wade s’est entêté à imposer aux gens Saliou Dieng et il subit les conséquences. Aujourd’hui plus qu’on avance, plus il perd du terrain. Et qu’il n’imagine même pas que les gens soient dans les dispositions de se battre pour une autre perspective de 2029 au cas où sa candidature soit encore écartée en 2024. Cette élection est sa dernière chance. Qu’il la saisisse.

Moctar Ndiaye, Karimiste authentique

laissez un commentaire