Xénophobie en Afrique du Sud : Malema accuse les Blancs

Le chef de l’opposition sud-africaine, Julius Malema a accusé la population blanche du pays d’être responsable des violentes attaques et manifestations xénophobes qui ont opposé les migrants africains à leurs hôtes.

Lors d’un point de presse, le chef de l’EFF (Economic Freedom Fighters) a déclaré que son parti ne participerait pas aux manifestations qui, selon lui, étaient clairement criminelles, ajoutant que les allégations selon lesquelles des étrangers volaient des emplois à des Sud-Africains n’étaient pas fondées.   Au lieu de cela, le leader de l’opposition a blâmé la population blanche et sa mainmise économique sur le pays pour avoir créé de l’animosité parmi les Africains, ce qui, a-t-il conclu, a conduit à l’agitation actuelle.

« Il n’y a aucun Nigérian qui a volé une industrie et n’a employé que des Nigérians. Il n’existe aucun Zimbabwéen qui possède des grandes fermes dans lesquelles il n’a employé que des Zimbabwéens », a indiqué Malema qui a soutenu que les industries sont « contrôlées par les Blancs qui emploient des étrangers et leur paient un maigre salaire. C’est ça qui vous pousse à croire que vos frères africains vous volent vos emplois ».

C’est pourquoi, il a demandé à ses frères xénophobes d’« arrêter de glorifier les frontières qui séparent les africains ». Il a dit que les Blancs en Afrique du Sud emploient des ressortissants étrangers dans leurs restaurants, leurs fermes et leurs magasins de détail. Ce qui, à son avis, sème la haine de soi et la discorde dans la population sud-africaine.

« Et parce que nous sommes au chômage, et parce que nous avons un gouvernement qui n’a pas de solutions aux crises de pauvreté et à l’écart grandissant entre les riches et les pauvres, nous commençons à penser comme ça. Le secteur privé, le capital monopolistique blanc, doit donc assumer l’entière responsabilité de ce gâchis auquel nous sommes confrontés », a déclaré Malema.