Ziguinchor : La réponse « salée » d’Innocence Ntab aux habitants de Lyndiane

Entre Mme Innocence Ntab Ndiaye et les populations de Lyndiane, si ce n’est le divorce, la non conciliation a été actée et notifiée à qui de droit. Et dans cette localité, les populations ont l’impression d’avoir été utilisées et jetées par les politiques, une fois l’opération « 2ème mandat, 1er tour » terminée. Et pour ces populations, « un jour viendra. » Chronique d’un douloureux divorce en vue.

Situé au sud de la ville de Ziguinchor, Lyndiane est le quartier le plus populaire de toute la région. Et cette densité de plus en plus incontrôlée a poussé les autorités locales à diviser le grand Lyndiane en plusieurs sous quartiers pour pouvoir le contrôler. Et avoir un meilleur aperçu sur les activistes politiques. Dans ce quartier qui concentre le plus grand nombre de bureaux de votes, on panse les offenses…pardon on essaie d’oublier les engagements non tenus des politiciens et on attend patiemment les futures élections pour se faire entendre. Se venger. Ici, les populations en veulent surtout à Mme Innocence Ntab, « coupable » de les avoir bernées et de les avoir oubliées dès que le candidat de Benno est passé. A en croire des confidences obtenues par Kewoulo, elle aurait sollicité les populations pour lui apporter leur aide dans sa campagne de collecte des parrainages. Et ces derniers lui ont soumis leur projet de reconstruction de la mosquée du quartier. « C’est du donnant donnant », soutient-on ici.

Et depuis, ce jour le fil du dialogue est coupé entre elle et les populations. Contactée par nos confrères, l’actuel ministre d’Etat s’est portée en faux contre cette affirmation. Pour elle, « c’est désolant d’aider des gens et de voir ces mêmes personnes revenir pour nier avoir reçu votre aide. » A en croire Mme Innocence Ntab Ndiaye, son engagement en politique et son soutien aux populations de Lyndiane, sont antérieurs à la venue de Ousmane Sonko en politique. « D’ailleurs, depuis plusieurs années déjà, j’aide les femmes de Lyndiane, en finançant leurs projets. » A t-elle déclaré, visiblement hors d’elle, énervée que « quelqu’un (l)’appelle au bout du fil, (se) présente comme journaliste et (lui) pose des questions tout en voulant lier cette aide à des soutiens pour le parrainage. » Ntap Ndiaye veut que le medium se rapproche de personnes ressources pour avoir la version des faits.

C’est ce qu’a fait le site d’information. A Lyndiane, Alcalo Samaté, l’un des responsables les plus actifs de la mosquée, est catégorique. « On a reçu que 5 tonnes de ciment et c’est moi qui les ai réceptionnées. Elle nous a dit avoir envoyé les 5 autres tonnes pour la Cathédrale dont un pan du mur était tombé. Et depuis, nous n’avons aucun contact avec elle. » Aussi, alors qu’elle soutient avoir toujours aidé des associations de femmes à Lyndiane, les principales concernées, contactées par Kewoulo, admettent la réalité de l’acte tout en minimisant son importance. « Ce sont 3 grandes marmites de 30, 20 et 10 kg qu’elle nous a données. Aussi, elle nous a remis des bols tout en nous promettant des bâches, des chaises afin qu’on démarre une activité normale. Mais, les promesses sont restées lettres mortes. »

Choquée que ses promesses non tenues fassent l’objet d’un article de presse, Innocence Ntab Ndiaye a donné des noms de personnes qui seraient ses responsables locaux afin qu’on les interroge. Et, alors que nous attendions qu’elle nous fournisse les numéros de ces personnes susceptibles de confirmer ses propos, elle a, sur un ton sec, coupé court. « Je ne suis pas un répertoire téléphonique. » En attendant qu’elle ne daigne se rappeler les nombreuses promesses faites aux populations, à la veille de la dernière présidentielle, à Lyndiane on rumine sa colère. « D’ailleurs, c’est à la suite de cette promesse qu’on a détruit notre mosquée, espérant reconstruire une nouvelle rapidement. Mais, après avoir constaté qu’elle ne fera rien pour nous qu’on a commencé à demander aux populations de cotiser pour reconstruire la mosquée. Tout en appelant les fils du quartier à travers la diaspora. » Déplore-t-on à Lyndiane.

Kewoulo.info